/news/coronavirus

Les habitudes de vie de nombreux Québécois se sont détériorées pendant la pandémie

GEN-COVID-19

Joël Lemay / Agence QMI

Plus de malbouffe et moins d’exercice, plus de temps devant un écran et moins de sommeil; les habitudes de vie de nombreux Québécois se sont détériorées en pandémie, selon une nouvelle étude.  

• À lire aussi: La pandémie pourrait laisser des traces sur la santé mentale

En février 2021, près de la moitié des adultes de la province ont rapporté une détérioration d’au moins trois habitudes de vie comparativement au même moment avant la pandémie, souligne l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) dans un rapport présenté lundi. 

Quelque 85% des répondants au sondage de l’INSPQ ont quant à eux observé la détérioration d’au moins une habitude de vie. 

Les changements sont nombreux. Par exemple, 37% des Québécois ont rapporté une baisse de la qualité de leur sommeil. 

Plus de la moitié des adultes (62%) a affirmé passer plus de temps devant un écran, par rapport à l’an passé. Au même moment, une personne sur quatre a aussi indiqué manger davantage de malbouffe. 

Presque la moitié des Québécois (43%) se sont aussi décrits comme plus préoccupés par leur poids. 

L’INSPQ souligne que la détérioration des habitudes de vie est particulièrement marquée chez les jeunes de 18 à 24 ans. «Ce groupe d’âge mérite donc une attention particulière pour s’assurer que les mesures de mitigation mises en place pour améliorer les habitudes de vie leur soient adaptées», soutient le rapport. 

Dans la même catégorie