/regional/quebec/chaudiereappalaches

Tubulures d’érablières: des tonnes de plastique évitent l’enfouissement

PHOTO COURTOISIE: Karol-Ann Fortier Guay

La collecte des tubulures désuètes des érablières à des fins de recyclage est en pleine expansion dans Chaudière-Appalaches, une importante région productrice du liquide doré, et permet d’éviter l’enfouissement de tonnes de plastique.

Sur les 48 millions d’entailles pour la production acéricole au Québec, il y en a 18 millions dans la région de la Chaudière-Appalaches, dont 3,2 millions dans la MRC des Appalaches, ce qui en fait la MRC avec le plus d’entailles dans la province.

Traditionnellement, les tubulures, des tuyaux servant à la récolte du sirop d'érable, étaient envoyées à l’écocentre, mais depuis un peu moins d’un an, la MRC des Appalaches en partenariat avec Environek, une entreprise spécialisée dans le recyclage, s’est mise à les récupérer.

Le Journal de Québec

«Il y avait une demande soutenue de la part des acériculteurs pour un projet de récupération des tubulures, a mentionné en entrevue Cynthia Boucher, directrice de l’aménagement et de l’environnement à la MRC des Appalaches. C’est la conscience écologique des acériculteurs qui les a poussés à récupérer les tubulures.»

Mme Boucher a ajouté que le fait que le service soit gratuit incite les entreprises à y participer.

Le projet pilote de récupération des tubulures a débuté en septembre 2020 et a permis de recycler près de 40 tonnes de plastique.

«On s’attend à en avoir beaucoup plus cette année», a affirmé Mathieu Caron, responsable de l’environnement chez Environek. En effet, la récolte a repris à la mi-avril, tout juste après la saison des sucres, et l’entreprise a déjà reçu 6,4 tonnes de tubulures en provenance de la MRC des Appalaches.

Le Journal de Québec

«Le marché du plastique nous est quand même très favorable», a confié M. Caron, ajoutant que 2021 s’avère la meilleure année de l’entreprise tant en termes de matière reçue, qu’en termes de vente. «La matière n’est même pas récupérée qu’elle est déjà vendue», a-t-il affirmé lors d'une conversation téléphonique.

L’usine d’Environek, située à Saint-Malachie, transforme les tubulures en granules de plastique qui seront utilisées pour la fabrication de bancs de parc, de tuteur pour les arbres, de drains agricoles ou de garde-boue pour les camions.

«L’année dernière, on a récupéré 390 tonnes de tubulures [en provenance de partout au Québec], mais on s’attend à dépasser ça bientôt, peut-être même cette année», a affirmé Mathieu Caron.