/news/world

Accident du métro de Mexico : la ligne maudite

L'accident de la ligne 12 du métro de Mexico dont un segment s'est effondré, faisant au moins 23 morts et 70 blessés, couronne une série de défaillances qui émaillent son histoire depuis sa construction.

Cette ligne maudite, appelée aussi «Golden Line», a coûté au contribuables mexicain la bagatelle de 26 milliards de pesos (environ 1,2 milliard de dollars).

Elle s'étire sur 24,5 km entre l'ouest et l'est de la ville de Mexico.

AFP

Mais depuis son inauguration, le 30 octobre 2012 par l'actuel ministre mexicain des Affaires étrangères, alors maire de la capitale, Marcelo Ebrard, les problèmes se sont succédé.

Au point de risquer d'embarrasser celui est de plus en plus perçu au Mexique comme le successeur possible de l'actuel président Andres Manuel Lopez Obrador.

Eyepix/WENN

Peu après son entrée en service, une usure suspecte des rails et des roues des wagons avait été détectée.

Au point que Miguel Angel Mancera, qui a remplacé Marcelo Ebrard à la mairie, décida en mars 2014 de suspendre le trafic dans 12 stations de la ligne.

Eyepix/WENN

Une étude de la société Systra, commanditée par M. Mancera, conclura à des problèmes de conception, d'exploitation et d'entretien des voies.

En 2015, M. Ebrard s'était publiquement défaussé de sa responsabilité dans ces failles multiples devant une commission d'enquête du Congrès.

AFP

Mais après l'accident survenu dans la nuit de lundi à mardi, il a déclaré qu'il se tenait à la disposition des autorités dans le cadre de l'enquête promise par le président Lopez Obrador.

L'ancien maire s'est empressé d'ajouter que derrière les critiques et accusations à son encontre figuraient «beaucoup de motivations politiques».

«Je partage l'indignation collective. Il faut faire la lumière sur ce qui s'est passé avec des preuves tangibles à l'appui», a-t-il insisté lors d'une conférence de presse en assurant qu'il se mettait «à la disposition des autorités».

Les problèmes sur la ligne 12 ont continué dans la foulée du tremblement de terre qui a secoué Mexico le 19 septembre 2017. Six stations avaient alors été endommagées et fermées.

AFP

Les résidents des quartiers longeant la ligne 12 n'ont eu de cesse de mettre en garde contre des risques imminents en raison de nombreuses fissures observées dans les colonnes soutenant le métro aérien, selon plusieurs médias mexicains.

En janvier 2018, les autorités avaient assuré avoir renforcé la structure avec la motivation de «privilégier la sécurité des usagers».

Dans la même catégorie