/finance/homepage

Baisse des revenus, mais de plus en plus de mégawatts pour Boralex

NANCY LANDREVILLE/LE COURRIER DU SUD/AGENCE QMI

L'exploitant de parcs énergétiques verts Boralex a vu ses revenus baisser de 13 % au cours du premier trimestre de 2021, mais son portefeuille d'actifs a continué à s'enrichir pour une production d'énergie toujours plus importante.

L'entreprise québécoise a conclu son premier trimestre, le 31 mars, avec des revenus nets atteignant 38 millions $, en baisse par rapport aux 44 millions $ engrangés à pareille date en 2020.

Le début de l'année a aussi été marqué par deux bonnes nouvelles pour l'entreprise, qui a vu deux projets éoliens - celui d'Apuiat au Québec en partenariat avec la communauté innue et celui des Moulins du Lohan, dans la région de Bretagne en France - être approuvés, ce qui lui permettra d'ajouter 171 mégawatts (MW) à son portefeuille.

Les divers sites de production solaire, éolienne et hydroélectrique de Boralex au Québec, aux États-Unis, en France et au Royaume-Uni permettent de générer 2455 MW en date de mardi, une puissance qui devrait grimper jusqu'à 3058 MW grâce aux projets en cours.

Boralex compte maintenant sur la relance économique post-pandémie pour tenter de dénicher des projets intéressants autour du globe.

«Au cours du prochain trimestre, nous allons poursuivre la mise à jour de notre plan stratégique afin de tenir compte des opportunités accrues provenant de l'accélération de la transition énergétique à la suite de la publication des plans de relance des divers gouvernements à travers le monde», a indiqué par communiqué le président et chef de la direction de Boralex, Patrick Decostre.