/news/coronavirus

COVID-19: la plus grande étude en vie réelle confirme l'efficacité de Pfizer

Le vaccin Pfizer/BioNTech est efficace à plus de 95% contre la COVID-19, mais le niveau d'efficacité baisse nettement quand la personne ne reçoit qu'une seule des deux doses, selon une étude menée en Israël, la plus grande jamais réalisée en vie réelle.

• À lire aussi: Doit-on préférer Pfizer et Moderna?

• À lire aussi: Vaccin anti-COVID: premiers résultats positifs pour les essais de Moderna sur une 3e dose

• À lire aussi: Washington favorable à la levée des brevets sur les vaccins anti-COVID

Publiée dans la revue médicale The Lancet, cette étude met en évidence «les bénéfices pour la santé publique d'un programme national de vaccination», selon ses auteurs, des scientifiques de Pfizer et du gouvernement israélien.

Ils relèvent en effet qu'en Israël, pays champion du monde de la vaccination, cette dernière «a été le moteur principal du déclin des infections à la COVID-19».

Pour autant, il faut être prudent dans la généralisation de ces conclusions à d'autres nations, car la vitesse des programmes de vaccination et l'évolution de la pandémie diffèrent selon les pays, préviennent-ils.

Cette étude est la version publiée et revue par d'autres scientifiques indépendants de premiers résultats dévoilés en mars par Pfizer et le ministère israélien de la Santé.

Elle porte sur des données de santé récoltées entre le 24 janvier et le 3 avril, date à laquelle 72% des plus de 16 ans (soit près de 5 millions de personnes) et 90% des plus de 65 ans en Israël avaient reçu leurs deux doses du vaccin Pfizer/BioNTech.

L'analyse porte essentiellement sur l'efficacité du vaccin contre le variant anglais (appelé B.1.1.7), dominant dans le pays.

L'étude montre que le vaccin est «hautement efficace» chez les plus de 16 ans sept jours après la seconde dose: il protège à 95,3% contre les infections, à 97,2% contre les hospitalisations et à 96,7% contre les décès. Ces niveaux de protection restent similaires chez les plus de 85 ans.

Mais ils baissent notablement quand les personnes n'ont reçu qu'une seule des deux doses: 57,7% contre l'infection, 75,7% contre les hospitalisations et 77% contre les décès chez les plus de 16 ans.

Cette étude «montre l'importance d'une vaccination complète chez les adultes», avec deux doses, jugent les auteurs. Selon eux, une dose unique pourrait en outre offrir une protection moins longue, en particulier avec l'émergence de variants plus résistants au vaccin.

Pendant la période de l'analyse, il y a eu 232.268 infections confirmées à la COVID en Israël (avec 4 481 infections sévères et 1 113 décès), et près de 95% des échantillons testés étaient du variant anglais.

Les chercheurs soulignent que cela n'a pas permis d'étudier l'efficacité du vaccin contre le variant sud-africain, également en circulation dans le pays.

En février, une première étude de grande ampleur (1,2 million de personnes) réalisée en Israël et publiée dans la revue NEJM était arrivée à des conclusions similaires.