/finance/homepage

Des syndicats dénoncent la pénurie de main-d’œuvre dans les CPE

CPE du carrefour

Chantal Poirier / JdeM

Plusieurs syndicats veulent faire pression sur le gouvernement du Québec afin que celui-ci agisse contre la pénurie de main-d’œuvre dans les centres de la petite enfance (CPE).

• À lire aussi: La création d’un «Commissaire au bien-être et aux droits des enfants» recommandée

• À lire aussi: Services de garde: un financement insuffisant à court terme

• À lire aussi: Les masques à fenêtre loin de faire l’unanimité

Par voie de communiqué mercredi, maintes organisations syndicales ont demandé plus que des remerciements, à l’approche de la Semaine des services éducatifs, qui aura lieu entre le 30 mai et le 5 juin.

La Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ) a d’ailleurs écrit une lettre «cri du cœur» au ministre de la Famille Mathieu Lacombe, et a invité toutes les travailleuses du milieu à la signer.

«Cette lettre des intervenantes en CPE explique pourquoi elles quittent le bateau par centaines, c'est la preuve ultime de leur déception face à l'inaction du ministre. La semaine pour reconnaître leur travail s'en vient à grands pas et tout ce qu'elles souhaitent est de ne pas entendre de nouveau un merci vide de sens», a demandé Valérie Grenon, présidente de la FIPEQ-CSQ.

La balle est dans le camp du gouvernement

Du côté de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), on estime qu’il est temps d’utiliser des moyens de pression afin de protester contre la pénurie.

«Ce gouvernement promet de créer de nouvelles places, mais sait très bien que cet objectif est inatteignable dans un contexte de pénurie de main-d'œuvre qualifiée en CPE, exacerbée depuis un an par la pandémie. Une seule solution permettra de retenir ou d'attirer des ressources : de meilleures conditions de travail», a indiqué la représentante des CPE à la FSSS-CSN, Stéphanie Vachon.

Un montant de 6 milliards $ a été octroyé à Québec par le gouvernement fédéral lors de la plus récente mise à jour du budget et les syndicats souhaitent que l’argent soit utilisé de la bonne façon.

Les travailleuses et travailleurs des CPE revendiquent notamment une augmentation salariale équitable, mais aussi plus de moyens afin de pourvoir aux besoins de leur jeune clientèle.

Dans la même catégorie