/news/coronavirus

Éviter les dérapages: «C’est de la bullshit!»

 Les jours passent, mais les réactions à la manifestation aux abords du Stade olympique où 30 000 personnes se sont massées sans distanciation sociale et peu masquées font réagir. Et le peu de constats d’infraction, un maigre 28, émit en vertu de la Loi sur la santé publique, font bondir Frédéric Bérard et Gilles Proulx.

• À lire aussi: Impunité pour les antimasques

• À lire aussi: La police a juste voulu éviter les dérapages

• À lire aussi: 30 000 manifestants: Après 15 mois, ils n’ont rien compris!

Devant le tollé de critiques, le SPVM a cru bon de s’expliquer, hier, alléguant que le corps policier voulait avant tout «éviter les dérapages».

«C’est de la bullshit cette histoire-là! Si ça avait été des étudiants comme au printemps 2012, la manifestation aurait été déclarée illégale, comme c’était systématiquement le cas en 2012 et on n’était pas en pandémie», lance le constitutionnaliste et politologue, Frédéric Bérard, en entrevue avec Denis Lévesque.

«Cette gang de bozos-là était 30 000 sans masque en train de ruiner les efforts collectifs et la police dit: ❝On ne sait pas comment ils allaient réagir!❞ Ils étaient 200 000 en 2012 dont des femmes avec des enfants et des manifestants ont eu un paquet de contraventions. Et là, ils ne savent pas comment ils vont réagir, bullshit!» répète avec force Frédéric Bérard.

L’animateur Gilles Proulx n’est pas tendre non plus envers le SPVM et le gouvernement.

«Je trouve bizarre cette démobilisation policière. Le gouvernement a dépensé des millions pour les publicités sur les mesures sanitaires, et là 30 000 pas de masque, collés les uns sur les autres. On ne me dira pas qu’il n’y a pas eu un coup de téléphone entre quelqu’un au gouvernement et le chef de police», tonne Gilles Proulx. «On a une police politique», ajoute-t-il. 

Frédéric Bérard avance même que le gouvernement aurait fait «un petit passe-droit» aux manifestants qui ont fait fi des mesures sanitaires samedi. 

«Je ne suis même pas gêné de dire qu’un sacré paquet de ces 30 000-là ont probablement voté pour la CAQ et la CAQ ne veut pas se disputer avec cet électorat-là. Elle est en train de leur donner un petit passe-droit qui n’aurait pas lieu autrement», appuie le constitutionnaliste. 

*** Voyez l’intégrale des points de vue de Frédéric Bérard et Gilles Proulx dans la vidéo ci-haut

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.