/news/coronavirus

La COVID-19 s’invite dans un complexe de près de 400 logements

Capture d'écran, Google Map

Un imposant complexe immobilier de près de 400 appartements du secteur Pointe-aux-Lièvres est touché par la COVID-19, qui y a fait un décès jusqu’à maintenant. La santé publique y dépistera des résidents jeudi.

Complexe de 384 appartements communautaires, le Village de l’Anse soulève certaines inquiétudes depuis les derniers jours. La direction d’Immeuble Populaire de Québec, gestionnaire de l’endroit, confirme que quelqu’un y a perdu la vie.

En fait, selon le directeur général Michel Côté, la situation actuelle pourrait possiblement être liée à ce décès. Sans pointer du doigt d’aucune façon et insistant sur le respect et l’amitié qu’il avait pour lui, le gestionnaire explique que l’homme décédé était connu de tous à l’intérieur du Village de l’Anse.

«C’était un peu notre vedette à nous. Il est d’ici depuis les années 1970, c’est un ancien employé, tout le monde le connaissait, lui parlait», raconte M. Côté, qui se demande si cette réalité peut avoir joué un rôle. «C’était un gars immensément connu ici».

Dépistage

Le Village de l’Anse est un complexe appartement qui accueille oui des personnes âgées, mais aussi des familles. L’établissement n’est pas une RPA ou un établissement public, ce qui fait que la déclaration des symptômes ou de la contamination n’y est pas obligatoire.

La direction de l’immeuble refuse de ce fait de s’avancer sur le nombre de cas possibles jusqu’à maintenant. Le bruit court toutefois qu’il pourrait y avoir plusieurs personnes malades.

«Il y aurait à peu près 30 personnes qui l’ont dans ‘’le 91’’, dans ‘’le C’’», raconte un résident de l’endroit qui préfère ne pas être identifié, à propos du Bloc C où résidait le défunt.

Sans commenter ces informations, l’administration du complexe laisse tout de même sous-entendre que la situation est suffisamment sérieuse pour demander le dépistage. Un premier avis a été distribué au cours des derniers jours aux résidents par le CIUSSS de la Capitale-Nationale, mais la réponse y a été «décevante».

«À peu près personne ne s’est présenté au dépistage. [...] Donc demain [jeudi], ils vont venir sur place pour faciliter la vie aux gens pour se faire tester», confirme Michel Côté.

Le CIUSSS confirme qu’une clinique mobile se rendra sur place, mais insiste sur le fait qu’il ne s’agit pas d’un dépistage massif.

«On va à leur rencontre puisque certains résidents ont des problèmes de mobilité», indique Mathieu Boivin, porte-parole du CIUSSS, ajoutant que ne parlait pas d’éclosion pour le moment.

Désinfection

La direction d’Immeuble Populaire de Québec indique d’autre part avoir pris des mesures préventives pour éviter que la situation ne dégénère. Une firme de désinfection a été embauchée et restera sur place pour 14 jours.

«L’entretien de nos équipes avait toujours bien été avant, mais évidemment, on ne peut pas laver les 400 poignées de porte chaque jour. Pour ne pas prendre de chances, on fait venir une compagnie avec un pulvérisateur pour désinfecter», explique M. Côté.