/regional/estduquebec/basstlaurent

Rimouski se prépare pour un 1er juillet difficile

La rareté de logements qui secoue bien des municipalités québécoises se fait sentir plus que jamais dans la région de Rimouski, au Bas-Saint-Laurent.

• À lire aussi: Une enveloppe de 100 millions $ pour rénover des HLM de Montréal

• À lire aussi: COVID-19: une amélioration qui fait du bien dans les hôpitaux de Québec

• À lire aussi: 1500 logements abordables seront créés au Québec

«Ce n'est vraiment pas facile, c'est une vraie pénurie, il n'y a rien! Ça fait quelques mois en plus qu'on regarde», a lancé Claudie Lévesque en entrevue avec TVA Nouvelles, mercredi, elle qui est à la recherche d'un appartement à Rimouski ou dans les environs.

Mme Lévesque veut s'installer dans la région avec son conjoint pour se rapprocher de sa famille et aussi parce que les opportunités d'emploi y sont plus nombreuses.

«On capote un peu parce que la maison où l'on habite actuellement est louée, donc on doit trouver», a-t-elle ajouté.

Le taux d'inoccupation se trouve actuellement à 0,9% dans la région de Rimouski.

«Ça ne sera pas beau le 1er juillet c'est clair», a lancé Guy Labonté, coordonnateur du Comité logement Rimouski-Neigette.

«C'est une situation extrêmement préoccupante parce qu'un marché sain est évalué environ à 3%», a ajouté le maire de Rimouski, Marc Parent.

Et le déséquilibre du marché n'épargne personne.

«On reçoit beaucoup de téléphones de personnes à la recherche et qui ne trouvent pas et c'est dans toutes les couches de la société, avec ou sans enfant», a souligné M. Labonté.

«Tout le monde peut être touché, ce n'est pas seulement les personnes à faible revenu. [Si] il y a des personnes avec des emplois qui n'ont pas réussi à trouver quelque chose, c'est qu'il y a une rareté et c'est pour toutes les grandeurs de logements», a expliqué Daniel Bélanger, directeur service à la clientèle à l’Office d'habitation Rimouski-Neigette

On demande même à ceux qui le peuvent de repousser leur déménagement.

«Toutes les personnes pour qui ce n'est pas nécessaire de faire des démarches sont mieux d'attendre ou de repousser, parce qu'il y a un nombre limité de déménageurs et d'endroits où l'on peut entreposer des choses», a indiqué M. Bélanger.

Alors que la saison des déménagements approche, un comité d'urgence a été mis en place par la Ville pour aider les personnes qui seront en difficultés le 1er juillet. C’est une première pour la municipalité.

Dans la même catégorie