/news/politics

Démission de la ministre Proulx: le PQ demande le remboursement des fonds publics utilisés

Photo d'archives

Après que le premier ministre Legault eut révélé jeudi que ce sont les contribuables qui ont payé la note pour les problèmes de gestion de personnel de l’ex-ministre Marie-Ève Proulx, le chef du Parti Québécois, Paul St-Pierre Plamondon, a exigé que la Coalition avenir Québec (CAQ) rembourse les montants payés.

• À lire aussi: Les contribuables ont payé la note pour l’ex-ministre Marie-Eve Proulx

• À lire aussi: Démission de la ministre Proulx: le PQ veut savoir qui a payé pour l’entente à l’amiable

• À lire aussi: Marie-Eve Proulx démissionne «d’un commun accord» avec Legault

«Les fonds publics ne doivent pas servir à payer pour la négligence de la CAQ, dans sa gestion déficiente de plus de deux ans de harcèlement psychologique par Marie-Ève Proulx en ses rangs», a indiqué le chef péquiste, par communiqué.

Il ajoute que c’est le pire exemple à donner en cette Semaine de la santé mentale. «Ce qu’on demande aux employeurs de faire en matière de harcèlement psychologique, c’est non seulement de la prévention, mais également d’être très proactifs pour y mettre fin lorsque des situations de harcèlement psychologique se matérialisent. La CAQ a fait tout l’inverse; elle s’est lancée dans une opération de camouflage qui se finance à même les fonds publics. C’est le pire exemple à donner pour le reste de notre société», a-t-il souligné.

Rappelons qu'à la suite du départ de plus d’une douzaine d’employés au sein de son cabinet, Mme Proulx a bénéficié des services d’un «coach», au début de l’année 2020, afin d’améliorer les choses. Un arrangement à l'amiable survenu à la suite d’une plainte aurait aussi été payé par l’État.

Dans la même catégorie