/regional/sherbrooke/estrie

Lac-Mégantic : de plus longs délais pour la voie de contournement ferroviaire?

Plusieurs l'avaient prédit et pour la première fois Transports Canada l'a admis: l'échéancier et le coût de construction de la voie de contournement ferroviaire de Lac-Mégantic, en Estrie, pourraient ne pas être respectés.

• À lire aussi: Tragédie de Lac-Mégantic: où iront les surplus des arrangements avec la MMA?

• À lire aussi: «Mégantic» : un devoir de mémoire

• À lire aussi: Lac-Mégantic: La voie de contournement bel et bien prête en 2023?

C'est ce qu'a affirmé la sous-ministre adjointe à Transports Canada, Anuradha Marisetti, cette semaine devant le comité sénatorial des finances publiques. «Nous voudrions commencer le projet au printemps 2022 et le terminer en 2023. Nous pensons que nous aurons peut-être une augmentation des coûts, mais nous ne connaissons pas encore l'augmentation.»

L'ingénieur et gestionnaire de projet à la retraite François Charbonneau avait tiré la sonnette d'alarme sur l'échéancier du projet dès mars dernier.

Avec les retards cumulés, impossible selon lui de construire la voie de contournement en un an, comme le prévoit actuellement Transports Canada.

«Moi je n'y crois pas. Impossible de faire ça en un an. Il va falloir qu'il augmente la cadence, qu'il mette des doubles quarts ou 2-3 entrepreneurs en même temps», a indiqué M. Charbonneau en entrevue avec TVA Nouvelles, jeudi.

De son côté, le porte-parole de la Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire Robert Bellefleur, parle carrément d'incompétence.

«C'est inconcevable qu'une voie de contournement de 12 kilomètres prenne plus de 10 ans et peut-être même 11 ou 12 ans pour se construire alors que le REM à Montréal, de 37 kilomètres avec 26 stations, va être complété en moins de 4 ans. C'est inconcevable! On suggère à M. Trudeau de confier le dossier à Michael Sabia!»

«Moi j'ai été taguée sur Facebook»

La mairesse de Lac-Mégantic, Julie Morin, avoue avoir été mise au fait de ces délais via les réseaux sociaux.

Depuis plusieurs mois, elle demande à Ottawa d'informer davantage sa communauté sur les avancements des travaux.

Aujourd'hui, elle exige plus de transparence. «J'en fais une demande officielle aujourd'hui: que le gouvernement du Canada fasse ses devoirs et revienne à la population pour confirmer ses engagements, ses échéanciers et rassurer la population.»

Devant le comité sénatorial, Anuradha Marisetti a promis d'organiser des consultations publiques pour informer les citoyens de l'évolution du dossier.

Le ministre des Transports réagit

Le ministre des Transports du Québec, François Bonnardel, a soutenu vendredi qu’il avait demandé dans une lettre envoyée à son homologue fédéral, Omar Alghabra, de respecter l’échéancier du projet.

«J'ai pris connaissance de la réaction de la mairesse Julie Morin. Je pense que tout le monde est de bonne foi. On travaille tous en collaboration, mais il faut que le CP, le fédéral et nous comme ministère mettons tous de l'eau dans notre vin. Il faut régler ce problème et livrer la marchandise», a-t-il ajouté.