/news/coronavirus

Le vaccin de Moderna efficace à 96% chez les adolescents

Moderna a annoncé jeudi une efficacité de 96% de son vaccin contre la COVID-19 chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans, selon de premiers résultats d'essais cliniques.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

Sur les 3235 participants à ces essais aux États-Unis, deux tiers ont reçu le vaccin, et un tiers un placebo.

L'étude «a montré un taux d'efficacité du vaccin de 96% chez les participants (...) ayant reçu au moins une injection», a déclaré Moderna à l'occasion de la publication de ses résultats trimestriels.

«Les analyses ont inclus 12 cas (de Covid-19) à partir de 14 jours après la première dose», a dit l'entreprise. Pour ces résultats intermédiaires, les participants ont été suivis en moyenne 35 jours après la seconde injection.

Le vaccin «était généralement bien toléré, sans inquiétude sérieuse sur sa sécurité identifiée à ce jour», a-t-elle poursuivi. Les effets secondaires les plus fréquents étaient une douleur à l'endroit de l'injection, un mal de tête, de la fatigue, des douleurs musculaires et des frissons -- similaires à ceux observés chez les adultes.

Moderna a précisé «être en discussion avec les régulateurs sur un potentiel amendement» à l'autorisation de son vaccin, pour le moment administré aux personnes de 18 ans et plus dans les pays où il est autorisé.

L'alliance Pfizer/BioNTech a de son côté déjà déposé une demande d'autorisation de son propre vaccin pour les 12-15 ans aux États-Unis et en Europe. Le Canada est devenu mercredi le premier pays à l'autoriser pour cette tranche d'âge.

La vaccination des adolescents représente la prochaine étape des campagnes de vaccination, nécessaire selon les experts pour arriver, à terme, à endiguer l'épidémie.

Moderna a par ailleurs débuté en mars des essais de son vaccin sur les enfants de 6 mois à 11 ans.

C'est également le cas de Pfizer/BioNTech, qui a annoncé mardi espérer déposer une demande d'autorisation en urgence de son vaccin pour les enfants âgés de 2 à 11 ans en septembre aux États-Unis.

Le dépôt d'une demande d'autorisation pour les enfants de 6 mois à 2 ans pourrait lui intervenir «au quatrième trimestre», a déclaré le patron de Pfizer, Albert Bourla, à l'occasion d'une conférence téléphonique sur les résultats trimestriels du laboratoire américain.