/news/law

Procès du collectionneur de voitures: confronté lors d’un appel enregistré par les policiers

DM collection demers-60

photo d'archives

Confronté à sa présumée victime lors d’un appel téléphonique enregistré par les policiers, le propriétaire d’une imposante collection de voitures de luxe à Thetford Mines avait affirmé ne pas lui avoir «touché la vulve». 

• À lire aussi: Procès du collectionneur de voitures: une main sur le cœur, mais pas d’agression

• À lire aussi: Thetford Mines: des «conseils d'affaires» aux attouchements

Longuement contre-interrogé par la Couronne, l’homme d’affaires Roger Demers a été confronté à un appel téléphonique que la plaignante a fait au commerce de l’accusé, Tapis Demers, en mai 2018. À ce moment, la plaignante avait fait un appel, enregistré par les policiers, pour parler à l’accusé des gestes allégués.  

L’homme de 60 ans de Thetford Mines est accusé d’avoir agressé sexuellement une adolescente de 17 ans lors d’une série de rencontres où il lui donnait des conseils d’affaires, à la fin de l’année 2017. Lors de cet appel survenu environ quatre mois après leur dernière rencontre, l’adolescente a demandé à l’accusé pourquoi il avait mis ses mains sur ses seins et sa vulve. 

L’accusé a réfuté ces gestes et répété sa version devant le juge. «Ça ne correspondait pas du tout avec tout ce que j’avais vécu avec elle», a-t-il dit en parlant de la conversation téléphonique.  

Non sans contourner les questions de la procureure Valérie Lahaie, l’accusé a répété n’avoir «jamais mis [sa] main sur sa vulve». «Je n’ai jamais fait ça», a-t-il dit. Après chaque rencontre, Roger Demers en faisait un «compte rendu» à la mère de la plaignante.   

Main au cœur et au ventre

Roger Demers a aussi répété qu'il avait mis la main «sur le cœur» de la victime en signe d’encouragement. En mimant à plusieurs reprises le geste, il plaçait sa main devant l’épaule, au-dessus de la poitrine.  

Il a soutenu faire régulièrement ce geste avec les gens qui lui demandent des conseils d’affaires ou des clients. Son père, «son mentor», faisait également ce geste pour encourager les gens, a-t-il affirmé. 

Il a aussi répété avoir placé sa main sur le nombril de sa victime pour parler de ses tripes, répétant ne pas l’avoir placée sur sa vulve. Quant aux accolades faites à la victime, Roger Demers a affirmé faire ce genre de salutation qui n’a pas de «signification» aux gens. Un ami est d’ailleurs venu témoigner en ce sens après le contre-interrogatoire.   

Une question d’intendance devra être tranchée par le juge avant que les avocates ne présentent leurs plaidoiries, dans quelques semaines.