/news/world

Quatre astronautes racontent leur retour sur Terre avec SpaceX

Un amerrissage «en douceur» et une «expérience unique», un peu différente des atterrissages à bord des vaisseaux russes Soyouz: les astronautes ramenés dimanche depuis la Station spatiale internationale par la société SpaceX ont décrit jeudi leur retour sur Terre, après plus de 160 jours dans l'espace.

• À lire aussi: Retour incontrôlé d’une fusée chinoise sur Terre ce week-end

• À lire aussi: Après quatre explosions, la fusée Starship de SpaceX réussit son atterrissage

• À lire aussi: Elon Musk et Jeff Bezos, le combat de coqs dans l’espace

«À un moment, je me disais juste à moi-même, respire. Inspire. Parce que je me sentais très lourd», a raconté l'Américain Victor Glover, l'un des quatre astronautes de l'équipage baptisé Crew-1. «Un peu comme ces personnages de dessins animés quand ils sont confrontés à la force g (d'accélération), et que leur visage se déforme vers le bas.»

Il s'agissait de la première mission régulière à être emmenée puis ramenée de l'ISS par l'entreprise du milliardaire d'Elon Musk.

Les astronautes ont fait le voyage à bord de la capsule Crew Dragon, qui est arrivée dans la mer, au large de la Floride, dans la nuit de samedi à dimanche.

«Je m'attendais à ce que ce soit une telle épreuve que finalement quand ça s'est passé pour de vrai, ça l'était un peu moins que ce que j'imaginais», a ajouté Victor Glover lors d'une conférence de presse. Le poids de l'accélération était concentré «dans la poitrine», a-t-il décrit, «ce qui rendait la respiration difficile».

Mais «le décollage et le retour sont des expériences tellement uniques», a-t-il souligné.

AFP

«L'impact était vraiment minime et juste après l'amerrissage, on sentait les vagues», a décrit le Japonnais Soichi Noguchi. «On revient sur la planète bleue (...), c'est un sentiment génial.»

La Nasa a passé des contrats avec SpaceX pour pouvoir recommencer à lancer des astronautes dans l'espace depuis le sol américain, ce qui n'était plus possible depuis 2011 avec la fin des navettes spatiales. Ils étaient jusqu'ici obligés de monter à bord des vaisseaux russes Soyouz, qui eux, atterrissent sur la terre ferme.

«Amerrir dans l'eau était intéressant, parce qu'aucun d'entre nous ne savait à quoi s'attendre», a raconté l'Américaine Shannon Walker. «De mon point de vue, c'était un peu plus en douceur que d'arriver sur la terre.»

Bientôt, des civils non-astronautes professionnels prendront place dans Dragon, pour des missions de tourisme spatial. Les astronautes ont été questionnés: ces hommes ordinaires pourront-ils faire face à la rentrée dans l'atmosphère dans ce véhicule?

«Je pense qu'ils pourront le supporter tout aussi bien» que nous, a répondu l'Américain Mike Hopkins.

Ce dernier était le premier à lever la main lorsqu'il leur a été demandé s'ils étaient prêts à repartir. Et Victor Glover le seul à ne pas l'avoir fait.

«Je suis très heureux d'être sur la terre ferme et je vais en profiter pour un moment», a expliqué ce dernier, dans un grand sourire.