/news/society

Toujours trop peu de sages-femmes

Le 5 mai marquait la Journée internationale des sages-femmes. La Coalition pour la pratique sage-femme en a profité pour rappeler qu’à peine plus de 4 % des naissances ont été menés par sages-femmes au cours de la dernière année, au Québec. En 2008, le gouvernement s'était pourtant donné un objectif de 10 % sur un horizon de dix ans.

Josyane Giroux, présidente du Regroupement Les sages-femmes du Québec, revendique un plan d'action de la part du gouvernement. Elle demande une meilleure promotion de la pratique et plus de formation. «C'est un droit d'avoir le choix dans son suivi de maternité. La pandémie l'a montré dans la dernière année, notre système de santé est affaibli, puis les sages-femmes ont fait partie de la solution en périnatalité», a-t-elle déclaré, en entrevue avec TVA nouvelles

Depuis la fermeture récente du programme à l'Université Laurentienne de Sudbury, c'est à l'Université du Québec à Trois-Rivières que se donne la seule formation francophone en pratique Sage-Femme en Amérique du Nord. On y diplôme jusqu'à 25 nouvelles sages-femmes par année. Si le nombre est modeste, la directrice du département, Caroline Paquet, fait valoir qu'il est appelé à augmenter. Le gouvernement a injecté de nouveaux fonds en ce sens. Or, le jumelage des étudiantes avec des sages-femmes en exercice, à l'occasion des stages, demeure problématique. Le nombre peu élevé de sages-femmes sur le terrain est la pierre d'achoppement.

Appelé à commenter, le ministère de la Santé et des Services sociaux fait valoir que 92% des réseaux territoriaux de services offre un service de sage-femme ou serait en voie de l’offrir. On soutient que seules deux régions, l’Abitibi-Témiscamingue et de la Côte-Nord, n’ont pas toujours pas soumis de projet pour le développement d’un service de sage-femme, «faute de ressources disponibles». À l'heure actuelle, le Québec compte 14 maisons de naissance, en plus de trois points de services dans des régions orphelines. La pratique sage-femme a été légalisée au Québec en 1999.