/sports/homepage

Un mauvais début de match coule le CH

Dominique Ducharme devait penser que son équipe avait touché le fond du baril en qualifiant sa performance de mauvaise, mercredi, à Ottawa. Il n’avait encore rien vu.

• À lire aussi: C'est la guerre entre les Rangers et les Capitals

• À lire aussi: Cole Caufield récidive

• À lire aussi: Le Canadien en séries devant public?

Jeudi soir, à l’aréna Banque Scotia de Toronto, ce ne fut guère mieux. Complètement à plat au départ, le Tricolore a vu les Maple Leafs inscrire quatre buts sans riposte au premier vingt, dont deux lors des quatre premières minutes de jeu.

Les Montréalais ont eu beau essayer de jouer du hockey de rattrapage, mais la marche était trop haute. Ils se sont finalement inclinés 5 à 2.

C’est le pauvre Cayden Primeau qui a fait les frais de cette débandade. À son deuxième départ de la semaine, l’Américain a totalement été laissé à lui-même. Face à l’attaque dévastatrice des Leafs, le gardien de 21 ans a cédé quatre fois en 15 occasions. Ducharme a pris la judicieuse décision de le remplacer par Jake Allen au début du deuxième tiers.

RDS a diffusé des images montrant Primeau à quelques pas du vestiaire, tentant de contenir sa rage, alors que quelques coéquipiers se succédaient pour tenter de lui remonter le moral. C’était à fendre le cœur.

«Ce n’est pas sa faute, a convenu Ben Chiarot. C’est la nôtre. On était à plat devant lui. On doit être prêts dès le départ. C’est un jeune, il faut lui permettre de devenir à l’aise.»

Mauvaise habitude à corriger 

Caufield, dont le match fut particulièrement difficile, a inscrit son troisième but dans la LNH, son premier à cinq contre cinq.

Le mandat de traîner l’équipe ne revient ni à Caufield ni à Primeau. Du moins, pas à court terme. C’est aux vétérans de mener par l’exemple et de se présenter dès la mise en jeu initiale.

«À ce stade-ci de la saison, ce n’est pas facile quand tu as joué la veille et que l’adversaire t’attend. Mais on doit être meilleurs», a souligné Tomas Tatar, de retour après une absence de cinq rencontres.

Il ne reste plus que trois matchs à la saison du Canadien avant d’amorcer les séries. Il devra trouver une façon de corriger cette mauvaise habitude et trouver une façon de se pointer à l’heure.

Cinq spectateurs pour Marner 

Jeudi, dans le camp montréalais, tout le monde avait les deux pieds dans le ciment. Le but de Mitch Marner, le quatrième des locaux, en fut le plus bel exemple.

L’attaquant des Leafs a traversé le territoire du Canadien sans être importuné par ni l’un ni l’autre des cinq joueurs vêtus de blanc. Même Marner a dû rester surpris de ne recevoir aucune opposition.

Les fervents de la série Frères d’armes, diffusée à HBO au début du millénaire, ont probablement vu des flashs du lieutenant Speirs courant à travers les lignes allemandes pour relier l’information d’une compagnie à l’autre en plein milieu de la ville de Foy sans que l’un d’entre eux n’ouvre le feu.

Auston Matthews a profité de cette visite du Canadien pour atteindre le plateau des 40 buts pour la troisième fois en cinq saisons.