/finance/homepage

Brise-glace: gros contrat pour la Davie

L’un des deux brise-glaces polaires dont veut se doter le gouvernement fédéral sera construit par Chantier Davie, à Lévis, dès qu’il aura complété le processus de sélection en cours pour devenir le troisième partenaire dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale. 

Un expert consulté par Le Journal a estimé à 2 milliards de dollars les coûts de ce seul navire brise-glace.

Seaspan de Vancouver construira le deuxième navire. Selon les premières estimations, la construction de ces brise-glaces créera environ 300 emplois par navire et près de 2500 emplois dans la chaîne d’approvisionnement.  

« C’est porteur d’avenir comme c’est pas possible avec tout le cheminement de ce chantier. Davie est en mesure de faire la preuve de son calibre international incontestable. Pour le Canada entier, Davie devient un joueur incontournable. Au-delà du papier et de dire que Davie fait partie de la Stratégie navale, ça prend des gestes concrets, et là on en a un aujourd’hui », a dit Gilles Lehouillier, maire de Lévis. 

Le premier brise-glace sera livré d’ici 2030, soit l’année de la mise hors service du NGCC Louis S. St-Laurent. La date précise de la livraison des brise-glaces sera déterminée une fois que les ententes avec les chantiers navals seront en place.  

Les deux navires seront construits en même temps. Chantier Davie pourrait toutefois débuter quelques mois après le chantier Seaspan, le temps de compléter le processus de qualification. Ces quelques mois pourront être rattrapés par la suite, a laissé entendre Pablo Rodriguez, lieutenant politique du Québec à la Chambre des communes qui a pris part à l’annonce de jeudi  

Chantier Davie est le seul chantier naval qui s’est préqualifié pour devenir le troisième partenaire stratégique de la SNCN. 

L’entente-cadre relativement à ce contrat devrait être en place, si tout se passe bien, à la fin de 2021. 

Mettre les bouchées doubles  

« Chantier Davie salue la décision du gouvernement du Canada de mettre en service, d’ici 2030, un nouveau brise-glace polaire si nécessaire. Nous construirons le navire amiral de la Garde côtière canadienne au Centre national de brise-glaces et nous déploierons tous les efforts requis pour le livrer plus tôt que prévu », a fait part James Davies, président et chef de la direction de Chantier Davie.  

La valeur exacte des contrats sera précisée plus tard puisque les négociations sont en cours. La construction des brise-glaces polaires permettra de renforcer la présence du Canada dans l’Arctique.

« Les nouveaux brise-glaces polaires vont révolutionner l’industrie maritime canadienne », a mentionné Bernadette Jordan, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne. 

Le Bloc attend de voir  

« Ce que j’espère c’est un contrat signé. À chaque fois qu’approche une élection, les gouvernements, les libéraux, promettent des contrats à la Davie. Puis finalement, on arrive à l’élection, le contrat n’a pas été signé, et il n’arrive jamais. [...] Alors je n’y croirai que la journée où il y aura un contrat signé et cela requiert que la Davie soit le troisième chantier homologué par le fédéral pour ce type de contrat », a affirmé de son côté Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois.

— Avec la collaboration de Stéphanie Martin