/regional/troisrivieres/mauricie

De l'aide réclamée pour l'ouverture des camps de vacances

Les camps de vacances ont le feu vert pour ouvrir cet été, mais il leur faudra de l’aide publique pour leur permettre d’accueillir des jeunes.

• À lire aussi: Feu vert pour les camps de vacances

• À lire aussi: Les camps de vacances au bord du gouffre

• À lire aussi: L'Association des camps réclame 10 millions $ en aide financière pour l'été

C’est une bonne nouvelle pour les parents et pour les enfants. Maintenant, combien répondront présents? Là est la question.

L'engouement se fait déjà sentir chez les parents, nous dit la directrice du Camp de vacances du Lac en Cœur, à Lac-aux-Sables, en Mauricie.

Le président de l'Association des camps du Québec, qui regroupe 385 membres, pense que les deux tiers vont possiblement accueillir des jeunes cet été.

Tout dépend des coûts liés aux protocoles sanitaires et aux aménagements qui seront exigés par Québec.

Avec une capacité d’accueil réduite, certains pourraient choisir de demeurer fermés à moins que le gouvernement ne leur offre une aide financière.

Les camps souhaitent une aide de 10 millions $ parce qu'il est hors de question qu'ils refilent la facture aux parents.

Cette aide financière est nécessaire, même pour ceux qui décideront de faire une croix sur l'été 2021.

Comme l'an dernier, les camps de jour municipaux pourront aussi accueillir les enfants selon les mesures sanitaires en place.

Dans la région de l'Estrie, on assiste à une hausse des coûts modérés.

Pour un enfant, voici quelques exemples de coûts d’inscription et l’augmentation par rapport à l’an dernier:

- Sherbrooke 32 $ / semaine (+2 $)

- Coaticook 50 $ / semaine (+5 $)

- Magog 50 $ / semaine (+5 $)

La facture est beaucoup plus salée pour les familles de Sainte-Catherine-de-Hatley où, cette année, les frais d'inscription ont presque doublé, passant de 63 $ à 110 $ par enfant par semaine, et de 350 $ à 750 $ pour les huit semaines de l'été.

L'organisme à but non lucratif qui s'occupe du camp paie d'importants frais de location pour utiliser les installations du Camp Dominique Savio malgré une capacité d'accueil réduite de 50 %.

L'an dernier, le président Éric Beaupré mentionne que l'OBNL a enregistré un déficit d'une trentaine de milliers de dollars, ce qui explique la hausse en 2021.