/news/municipales2021

Lutte à trois à Repentigny après un règne de 24 ans

PHOTO D'ARCHIVES, AGENCE QMI

Une nouvelle ère politique attend les Repentignois avec l’annonce du départ de la mairesse Chantal Deschamps qui était en poste depuis 1997. 

Mme Deschamps a remporté la mairie de Repentigny durant six élections consécutives, entre 1997 et 2017. Elle a cependant annoncé, le mois dernier, qu’elle ne sollicitera pas un nouveau mandat.

Quelques semaines après son annonce, trois candidats sont déjà en lice pour lui succéder.

Pour son équipe, l’Équipe Deschamps, c’est Éric Chartré, conseiller municipal depuis 2013, qui a été choisi pour tenter de conserver la mairie.

Éric Chartré

PHOTO COURTOISIE

Éric Chartré

Courtier immobilier de profession, M. Chartré a changé le nom de la formation politique – centré sur Mme Deschamps - pour Repentigny Ensemble, dès le 30 avril.

Et c’est en transport collectif que M. Chartré livrerait son premier combat majeur, s’il est élu. Il s’engage à faire des représentations auprès de l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) pour que l’antenne est du Réseau express métropolitain (REM) s’étende au sud de Lanaudière, où Repentigny est située.

«C’est inconcevable qu’on ne puisse pas avoir une infrastructure comme un REM qui touche notre territoire, a dit M. Chartré, en entrevue. Le transport est un aspect important pour tous les résidents de Repentigny.»

Un autre politicien d’expérience tentera cependant de prendre la relève de Mme Deschamps. Il s’agit de Nicolas Dufour, qui a été député de la circonscription fédéral de Repentigny pour le Bloc québécois, de 2008 à 2011. Lors de son élection, en octobre 2008, il avait 21 ans et était le plus jeune député de la Chambre des communes.

Il est présentement directeur des communications et relations publiques et gouvernementales à l’Association Hôtellerie Québec, et il complète une maîtrise en administration publique - politique publique en gestion urbaine, à l’École nationale d’administration publique (ENAP).

«C’est la construction débridée de tours tout le long du fleuve Saint-Laurent qui a amené mon retour en politique, on a fait une catastrophe avec ça, a dit M. Dufour. On n’a pas planifié la mobilité, le transport, la ville s’est construite trop vite et sans plan.»

Nicolas Dufour voudrait en outre mettre en place des règlementations pour que les promoteurs construisent des bâtiments de plus en plus verts.

Nicolas Dufour

PHOTO COURTOISIE

Nicolas Dufour

Martin Nadon, gestionnaire à la Société des Casinos du Québec depuis une dizaine d’années, complète le trio actuel des candidats à la mairie. Il s’engage entre autres à prendre le taureau par les cornes par rapport aux plaintes de profilage racial contre certains policiers.

«Ça ternit toute l’image du corps policier et la direction de la police a besoin d’aide dans ce dossier», a dit M. Nadon à l’Agence QMI.

Martin Nadon

PHOTO COURTOISIE

Martin Nadon

Il soutient également que le plan d’action actuel dans ce dossier est vaguement expliqué.

«C’est un dossier qui relève de la plus haute instance, ce n’est pas vrai que nos policiers sont tous des racistes, a ajouté M. Nadon. On va s’assurer de faire un plan d’action.»

Les trois candidats comptent développer de nouvelles idées en rencontrant les citoyens, dans les prochains mois.

Cette année, les élections municipales au Québec auront lieu le 7 novembre. Les candidats intéressés ont jusqu’au début octobre pour déposer leur déclaration de candidature.