/finance/homepage

Réseau de la santé et des services sociaux: un syndicat vote pour un mandat de grève

page Facebook de l'APTS

Un syndicat du secteur de la santé a annoncé jeudi avoir obtenu l’onction de ses membres pour un mandat de grève d’un maximum de 10 jours, alors que les négociations avec le gouvernement piétinent.  

• À lire aussi: François Legault demande aux syndicats d'intensifier les négociations

Les membres de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) ont voté à 92,4 % en faveur d’un débrayage, dont les dates n’ont pas encore été arrêtées. 

L’offre gouvernementale d’une augmentation salariale de 5 %, maquillée en une hausse de 8 % sur trois ans, est loin de satisfaire les 60 000 membres du syndicat, selon la présidente de l’APTS, Andrée Poirier. 

«Le traitement inéquitable infligé par le gouvernement de la CAQ au personnel professionnel et technique ne fait que renforcer la détermination de nos membres à débrayer si rien ne change», a averti par communiqué Mme Poirier.

Outre le rattrapage salarial, l’organisation syndicale soulève notamment la surcharge de travail et la pénurie de main-d’œuvre dans le réseau de la santé que la vision «étriquée» du gouvernement empêcherait de résoudre. 

Selon la présidente du syndicat, les listes d’attente explosent pratiquement dans tous les services, en santé mentale, en réadaptation et en radiologie. 

L’APTS déplore le refus de Québec à bonifier les offres pour les intervenants en protection de la jeunesse, alors que les recommandations du rapport Laurent ont été ignorées à la table de négociation. 

«Le rapport Laurent vient appuyer l'ensemble des demandes que nous avons faites pour diminuer la surcharge de travail et favoriser l'attraction et la rétention des intervenants afin d'offrir les services auxquels les enfants et leurs familles ont droit», a ajouté Mme Poirier. 

Dans la même catégorie