/news/society

Des solutions pour favoriser le logement abordable

Le professeur titulaire de l’École d’architecture de l’Université McGill, Avi Friedman, a suggéré de modifier les permis de construction afin de régler le problème de la pénurie de logements abordables au Québec et plus particulièrement à Montréal.

• À lire aussi: Crise du logement: «La politique de l’autruche doit cesser», selon le FRAPRU

• À lire aussi: Observatoire Grand Montréal: pénurie de logements abordables dans la région métropolitaine

• À lire aussi: Un projet de 19 logements abordables refusé par Saint-Bruno

«L’industrie nous donne des permis assez facilement pour construire des condos. Selon moi, nous devons avoir quelques choses en retour. Quand vous avez un permis pour la construction d’un immeuble, vous devez garder un pourcentage pour des logements abordables ou sociaux », a souligné le professeur en entrevue sur LCN, samedi.

L’application d’un pourcentage de logements sociaux est un concept populaire en Europe et dans d’autres villes au monde pour tenter de mélanger les classes sociales au sein des quartiers.

«Par exemple, pour un projet de 10 bâtiments d’habitation, un ou deux immeubles pourraient être pour des logements sociaux ou pour des logements abordables, c’est le même concept qu’on retrouve en Europe», a mentionné Avi Friedman.

Règlement équivalent à Montréal?

La Ville de Montréal a d’ailleurs adopté un règlement similaire qui est entré en vigueur le 1er avril 2021.

«Toute personne qui réalise un projet résidentiel de plus de 450 m2 (équivalant à environ 5 logements) doit conclure une entente avec la Ville afin de contribuer à l’offre de logements sociaux, abordables et familiaux», est-il expliqué.

Les promoteurs ont toutefois le choix de réaliser une partie des logements selon certains critères, céder un bâtiment ou une portion de terrain, mais ils peuvent également verser une contribution financière.

L’argent récolté par la Ville pourrait servir à la construction éventuelle de logements abordables ou sociaux.