/regional/montreal/montreal

Grève dans le milieu de l’enseignement: au tour des employés de bureau de la région métropolitaine

STOCKQMI-CEGEP

Photo Agence QMI, Joël Lemay

Près de 8000 employés de soutien scolaire affiliés au Syndicat des employées et employés professionnels et de bureau - (SEPB-Québec-FTQ) seront en grève 11 et 13 mai.

• À lire aussi: Les professionnels de l’éducation en «grève mystère» le 19 mai

• À lire aussi: Les employés de la fonction publique très déçus par le gouvernement

• À lire aussi: Le personnel de soutien scolaire en grève

«Cela fait plus d'un an que nous essayons de négocier de bonne foi avec un gouvernement qui nous méprise et joue au yo-yo: il avance, il recule, il négocie un peu, puis arrête. Ça suffit!» s’est indignée Marie-Claude Éthier, présidente du Conseil national du soutien scolaire (CNSS) du SEPB-Québec, par voie de communiqué.

La première journée de grève se tiendra au centre de service francophone Marie-Victorin, ainsi qu’aux commissions scolaires anglophones New Frontiers et Riverside, en Montérégie.

La deuxième se déroulera au Centre de services scolaire Marguerite-Bourgeoys à Montréal et à la Commission scolaire Sir Wilfrid-Laurier dans les Laurentides.

Chacun de ces centres de services et ces commissions scolaires anglophones représente une quarantaine de corps d'emploi dans le secteur scolaire. Les élèves devront donc demeurer à la maison durant ces dates.

Parmi leurs revendications, le SEPB-Québec cite les problèmes de rétention des travailleurs, ainsi que des salaires bas pour un métier se complexifiant, comme principales sources de litige. Les 13 et 20 février, les cinq centres de services avaient voté dans une proportion de 91 % pour un mandat de grève de cinq jours.

Dans la même catégorie