/news/coronavirus

États-Unis: la COVID-19 frappe deux jumelles identiques de façon complètement différente

Deux jumelles identiques qui sont nées avec la même génétique, dans la ville de Rochester dans le Michigan aux États-Unis, ont contracté le coronavirus en même temps et ont réagi de manière complètement différente à la maladie.

• À lire aussi: Vaccins anti-COVID: l'Union africaine espère des livraisons au troisième trimestre 2021

• À lire aussi: Vos vacances au Québec: la catastrophe évitée aux Îles

• À lire aussi: COVID-19: les coureurs toujours dans l’attente de directives claires pour sauver leur saison

Les deux sœurs de 35 ans ont attrapés la COVID-19 au printemps 2020.

Pour Kelly, il n’y a pas eu de complications, alors que pour Kimberly, la situation n’a pas été la même: «C’est devenu tellement intense, que j’ai perdu connaissance et je suis allé aux soins intensifs», a déclaré Kimberly en entrevue à CNN. La jeune femme a même dû être transférée d’unité afin de recevoir des soins de façon continue.

Même si les symptômes de sa sœur Kelly étaient moins intenses, cette dernière craignait de voir la situation changer en voyant l’état dans lequel état sa jumelle: «Mon niveau d’oxygène était bas, j’étais inquiète, inquiète que la situation devienne pire», a-t-elle expliqué.

Finalement, Kelly a pu rentrer chez elle en bonne santé. «J’ai pensé perdre ma sœur, il y avait tellement de tuyau et de fil branchés sur elle. Elle avait l’air vulnérable», a raconté Kelly.

Également en entrevue à CNN, la docteure Mishita Goel a indiqué être très surprise de voir ces deux sœurs réagir de façon si différente: «Les deux ont des conditions médicales similaires, mais Kimberly avait constamment besoin d’oxygène pour survivre».

Les scientifiques étudient ce dossier pour tenter de comprendre comment deux personnes identiques peuvent réagir de deux manières si différentes.

«Ce n’est pas juste la génétique ou l’âge. Il peut y avoir plein d’autres facteurs qui peuvent influencer une réaction plus intense comme le régime et les habitudes de vie. C’est donc extrêmement compliqué comme dossier», a ajouté la virologue.