/sports/homepage

CH: Pacioretty n'a pas ressenti plus de pression parce qu'il était capitaine

Martin Chevalier / JdeM

Porter la lettre «C» ne changeait absolument rien à la pression que se mettait sur les épaules Max Pacioretty lorsqu’il endossait l’uniforme du Canadien de Montréal.

• À lire aussi: DOSSIER CHOC | Les partisans du CH sont «méchants» et «jaloux»

• À lire aussi: Max Pacioretty lance (encore) des flèches aux Canadiens

• À lire aussi: Pacioretty n’en veut pas à Marc Bergevin

C’est ce qu’a affirmé le porte-couleurs des Golden Knights de Vegas, dimanche, lors de son passage au Club des 10.

«Il n’y a absolument aucune pression supplémentaire, a-t-il répondu à une question de l’animateur Louis Jean. Tout le monde a des interrogations à ce sujet et assume qu’il y en a davantage.»

Le franc-tireur pense même que cela lui permettait d’être un meilleur joueur de hockey.

«Je crois que cela t’aide et te motive comme joueur. Tu suis davantage la parade, tu es plus au fait de ce qui se passe dans l’organisation et il y plus de communication.»

Pacioretty est également revenu sur sa vision de la pression.

«Tout le monde parle de la pression et de comment c’est difficile à un endroit ou à un autre. Tous les joueurs vedettes avec qui j’ai joué mettent énormément de pression sur leurs épaules et c’est difficile d’en ajouter, a-t-il dit. Il est toutefois possible d’alléger cette pression quand tes coéquipiers, tes entraîneurs et tes dirigeants sont derrière toi, et ce, peu importe ce qu’il arrive. C’est un type de chimie que les meilleures organisations ont.»

Écoutez la chronique sports et société de Jean-François Baril sur QUB radio:

Une expérience profitable 

L’Américain de 32 ans a d’ailleurs clamé qu’il sentait qu’il avait ce type de soutien avec les Golden Knights. S’il ne l’a pas évoqué en parlant du CH, il a tout de même affirmé que l’expérience acquise à Montréal lui permet d’aider Mark Stone, le capitaine de son actuelle formation.

«J’ai vraiment apprécié mon expérience à ce moment dans ma vie et dans ma carrière. Cela m’aide énormément présentement. Quand Stone a besoin d’un coup de main, les gars comme moi et [Alex] Pietrangelo – qui a déjà été un capitaine – sommes les premiers à lui offrir notre aide.»

«Que tu portes une lettre ou non, ça ne change rien, même si les gens en font tout un plat», a ajouté Pacioretty avant de revenir sur son expérience.

«Il y a des moments où tu dois te lever, prendre le blâme ou une décision difficile qui fait de toi le méchant. J’ai toujours été en mesure de faire ça et je suis fier de l’avoir fait. Je pense que cela m’a permis d’être où j’en suis présentement.»

- Le Club des 10 est une initiative mise en place par la Fondation de CHUM pour soutenir Guy Lafleur et sa lutte contre le cancer. Il permet aux donateurs de poser leurs questions à une légende du hockey chaque dimanche dans un Facebook Live privé. Il est possible de rejoindre le Club des 10 via le site internet de la Fondation du CHUM.

Dans la même catégorie