/news/society

Pas de «baby-boom» pandémique, au contraire!

Feet of baby.

Photo Fotolia

Alors que les blagues annonçant un «baby-boom» pullulaient au début du confinement, au printemps 2020, les premières données démographiques disponibles tendent finalement à démontrer tout le contraire, tant aux États-Unis qu'au Québec.

Selon des données dévoilées par le département de la santé américain la semaine dernière, le nombre de naissances a diminué de 4 % dans la dernière année au sud de la frontière, avec à peine un peu plus de 3,6 millions de nouveau-nés. Le taux de natalité des femmes a même chuté à 55,8 naissances par 1000 femmes de 15 à 44 ans, un minimum record.

Le mois de décembre 2020 retient particulièrement l'attention dans les données, étant celui où les bébés conçus en mars, au début de la pandémie, auraient dû naître.

Or, le nombre de naissances a plutôt chuté à 285 138, contre 308 802 en décembre 2019. Il s'agit d'une baisse de 7,7 %, soit presque le double de la baisse moyenne entre 2019 et 2020.

Des chercheurs américains croient que la tendance va se maintenir en 2021 et prédisent qu'il y aura 300 000 bébés de moins aux États-Unis en 2021. «Nous sommes au cœur d'un déclin économique sérieux. Ça fait que les gens sont plus réticents à avoir des enfants. Et la crise sanitaire ajoute énormément d'incertitude dans la vie des gens», a souligné en entrevue à CNN Philippe B. Levine, un économiste qui a cherché à prédire l'évolution démographique à partir de données socio-économiques.

Au Québec aussi

Le phénomène n'est pas unique aux États-Unis. Du côté du Québec, où la natalité diminue aussi constamment, le nombre de naissances s'est effondré à l'automne 2020 et au début de 2021, montrent les premières estimations de l'Institut de la statistique du Québec (ISQ).

Le phénomène est particulièrement marqué à partir de novembre 2020 avec environ 6250 naissances contre 6772 l'année précédente (-7,7 %), avant de se résorber légèrement en décembre 2020 (environ 6350 naissances, -5,7 %) et en janvier 2021 (environ 6350 naissances, -7,3 %).

Les données ont ensuite retrouvé une certaine normale en février 2021 avec environ 6100 naissances, en baisse de 3,9 %. Ce mois correspond aux bébés conçus en mai 2020, à un moment où la situation sanitaire s'améliorait au Québec après une première vague dévastatrice et que le confinement commençait à être levé, petit à petit.

Ce phénomène est vraiment unique à l'automne, moment où auraient dû naître les bébés conçus au début de la pandémie. Plus largement, environ 81 850 naissances ont été répertoriées en 2020, contre 84 309 en 2019, ce qui représente une baisse de la natalité de 2,9 %, au taux bien moindre que pour les derniers mois de l'année.

Statistique Canada n'ayant pas encore mis ses données à jour pour l'ensemble du pays, il n'est pas encore possible de savoir si la tendance observée au Québec et aux États-Unis est identique dans le Canada anglais.