/news/society

Une fête des Mères en solitaire

Bien qu'elle soit souvent associée aux réunions familiales, la fête des Mères est encore une fois célébrée avec des mesures sanitaires restrictives, empêchant plusieurs familles de se réunir autour d'un bon repas à l'intérieur.

C'est le cas de Pauline Gagnon, 63 ans, qui n'aura pas la chance de voir son garçon de 30 ans aujourd'hui.

Même si elle n'est pas du genre à célébrer cette occasion spéciale, elle s'ennuie de ne pas l'avoir vu autant dans la dernière année.

«Je n'ai jamais vraiment fêté ça, mais je m'ennuie de mon fils en maudit», a-t-elle laissé tomber au détour d'une promenade sur la plage de Verdun, à Montréal.

Elle aimerait pouvoir prendre un bon repas avec lui et de le voir avancer au quotidien, alors que ça «change beaucoup à cet âge-là».

PHOTO 24 HEURES, GUILLAUME CYR

Mesures sanitaires obligent  

Mme Gagnon et son fils respectent les consignes sanitaires à la lettre et ne se voient donc que très rarement, soit une fois par mois, à l'extérieur. «Il protège sa vieille "môman"», a-t-elle lancé, contente que son garçon prenne les précautions pour protéger ses parents.

Celle qui prendra sa retraite du milieu du livre en juin a surtout une pensée pour sa mère de 87 ans qui vit dans une résidence privée pour aînées (RPA).Elle devra malheureusement passer une deuxième fête des Mères sans sa famille, un moment très difficile pour elle, selon Pauline Gagnon.

«À 87 ans, le nombre d'années devant elle est peu élevé», a-t-elle exprimé avec beaucoup de candeur.

Les pieds dans l'eau  

Une dizaine de familles se trouvaient à la plage de Verdun en matinée pour profiter du soleil de printemps.

Les personnes interrogées à la plage et dans les environs disaient justement ne pas avoir de plan spécial dimanche en raison des mesures sanitaires.

«On est venu se tremper les pieds et profiter du soleil, jusqu'à ce qu'elle soit trempée», a confié Amina Ben, qui dit ne pas avoir rien de prévu de spécial cette année en raison des mesures sanitaires.

Sa fille de deux ans et demi, Malaï Ben, avait justement les pieds dans l'eau lors du passage du «24 Heures».