/finance/stockx

Wall Street finit dans le rouge, le Nasdaq chute de 2,6%

La Bourse de New York a terminé dans le rouge lundi, plombée par la chute des valeurs du secteur technologique et par une accélération des mouvements de vente en toute fin de séance.

Le Nasdaq, où se concentrent les géants de la tech, est tombé de 2,55% à 13 401,86 points. Il s'agit de sa plus lourde chute sur une séance depuis mi-mars.

En hausse pendant presque toute la journée, le Dow Jones, qui restait sur trois records consécutifs, a plié juste avant la clôture (-0,10% à 34 742,82 points). 

L'indice des valeurs vedettes de Wall Street a toutefois dépassé en séance le seuil des 35 000 points pour la première fois.

L'indice élargi S&P 500 a lâché 1,04% à 4188,43 points.

Pour JJ Kinahan de TD Ameritrade, «il y a une sorte de rivalité entre les actions de valeur (dont le prix est sous-évalué par le marché, mais dont la santé financière est plutôt bonne, NDLR) et les actions de croissance», à commencer par les piliers de la tech, dont les cours ont grimpé en 2020 à la faveur des confinements, mais qui patinent depuis le début de l'année.

«Il ne semble pas y avoir de fin à cette lutte acharnée, du moins à court terme», estime M. Kinahan.

L'attention du marché devrait se porter cette semaine sur plusieurs indicateurs permettant d'évaluer le rythme de la reprise économique aux États-Unis.

Mercredi, le département du Travail publiera l'indice des prix à la consommation (CPI) pour avril. En mars, l'inflation américaine s'était établie à 0,6% en rythme mensuel et à 2,6% sur un an.

Le même ministère dévoilera jeudi l'indice des prix à la production (PPI), une mesure particulièrement scrutée alors que de nombreuses grandes entreprises ont annoncé lors de la publication de leurs résultats trimestriels qu'elles allaient augmenter leurs prix en raison de la hausse du coût des matières premières.

Les acteurs du marché prendront également connaissance jeudi des chiffres hebdomadaires des demandes d'allocations chômage.

Vendredi, le département du Commerce diffusera les ventes au détail en avril, la Réserve fédérale donnera l'état de la production industrielle américaine le mois dernier et l'université du Michigan livrera son estimation préliminaire sur la confiance des consommateurs en mai.

En fin de semaine dernière, les chiffres de l'emploi aux États-Unis ont été décevants avec seulement 266 000 emplois créés en avril, loin du million escompté.

Plusieurs grandes entreprises cotées doivent par ailleurs publier leurs résultats trimestriels dans les prochains jours, dont le géant américain des jeux vidéo Electronic Arts mardi et Walt Disney Company, membre du Dow Jones, jeudi.

Lundi, la société de cosmétiques Coty a chuté de 12,96% après avoir fait part, avant l'ouverture de la Bourse, d'une baisse de ses ventes au premier trimestre en raison notamment des mesures de confinement en Europe.

Le groupe hôtelier Marriott, dont le chiffre d'affaires trimestriel s'est établi légèrement en dessous des prévisions des analystes, a perdu 4,11%. L'entreprise a toutefois dit s'attendre à un rebond de la demande grâce aux progrès des campagnes de vaccination contre le coronavirus.