/news/coronavirus

COVID-19: des dizaines d’ainés morts de déshydratation dans les CHSLD ontariens

FRANCE-HEALTH-VIRUS

Photo d'Archives, AFP

Des dizaines d’ainés sont morts non pas de la COVID-19, mais de déshydratation et de négligence, abandonnés à leur sort dans certains des centres de soins de longue durée de l’Ontario les plus touchés par le virus au début de la pandémie, au printemps 2020. 

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: L’Estrie repasse en état d’alerte maximale

C’est à tout le moins ce qui ressort de rapports des Forces armées canadiennes (FAC) obtenus par le «Globe and Mail». Rappelons que des troupes de l’armée avaient été déployées dans des CHSLD du Québec et de l’Ontario au printemps, pour pallier au manque criant de personnel dans certains centres quasiment désertés.

Les rapports consultés par le quotidien portent sur les conditions de vie misérables qui prévalaient dans deux centres pour ainés de Toronto au moment de l’arrivée des troupes, au début juin.

«Il a été noté par l’équipe de Renfort aux soins de santé civils que 26 résidents étaient décédés de déshydratation avant l’arrivée de l’équipe des FAC en raison du manque de personnel pour prendre soin d’eux. Ils sont morts alors que tout ce qu’ils avaient besoin, c’était d’eau et d’hygiène», peut-on lire dans un extrait du rapport portant sur le Downsview Long Term Care Centre dévoilé par le «Globe».

En parallèle, 65 résidents sont décédés de la COVID-19 dans cet établissement au printemps.

Les militaires se sont aussi posé plusieurs questions sur le Hawthorne Place Care Centre, un centre de soins où 51 résidents ont péri en raison du virus. Le rapport sur ce centre laisse cependant croire que ce nombre pourrait être faible comparé aux décès dus à la négligence des patients.

Une porte-parole de la ministre des soins de longue durée de l’Ontario, Merrilee Fullerton, a qualifié ces révélations de «troublantes» et a fait valoir que les gestes reprochés sont «potentiellement criminels».

Les statistiques officielles de la province permettent de constater que 3762 résidents et 11 membres du personnel des centres de soins de longue durée de l’Ontario ont péri en raison du virus à ce jour, mais l’impact de la négligence demeure inconnu.

Les FAC avaient publié, au printemps dernier, des rapports préliminaires dévastateurs sur leur intervention dans les CHSLD du Québec et de l’Ontario.

Celui sur l’Ontario avait notamment fait état de résidents laissés dans leurs excréments, de patients privés de bain pendant des semaines, d’infestations de coquerelles et de personnes âgées qui s’étouffent parce qu’on les nourrit de façon agressive, au point où des militaires ont vu «un incident qui semble avoir contribué au décès du patient».

Dans la même catégorie