/regional/estduquebec/basstlaurent

COVID-19: une situation particulière au Bas-Saint-Laurent

La situation épidémiologique au Bas-Saint-Laurent ne s’améliore pas et la grande majorité des cas se retrouvent toujours dans l’ouest du territoire.

• À lire aussi: Mesures sanitaires: le maire de Rimouski veut scinder le Bas-Saint-Laurent en deux

La région enregistrait lundi 57 nouvelles infections dont 36 dans Rivière-du-Loup, neuf dans Kamouraska, huit dans Témiscouata et neuf dans Les Basques. La MRC de Rimouski-Neigette enregistrait pour sa part deux nouveaux cas. Les autres MRC ne comptaient pas de nouveaux cas.

La région du Bas-Saint-Laurent affiche le plus haut taux de contamination par 100 000 habitants de la province avec 220 cas par 100 000.

Depuis le début de la pandémie, 3454 Bas-Laurentiens ont contracté la COVID-19 et 2987 sont maintenant rétablis. Il reste 434 cas actifs dans la région.

Quatorze personnes se trouvent présentement hospitalisées à l’unité COVID de l’hôpital de Rimouski, dont trois aux soins intensifs.

Éclosion à l’usine DuBreton à Rivière-du-Loup  

Le syndicat des travailleurs de l’usine DuBreton de Rivière-du-Loup a officiellement demandé la fermeture de l’usine, dimanche.

L’entreprise poursuivra malgré tout ses opérations cette semaine.

Dans sa missive qui écorche au passage la santé publique et même la Coalition avenir Québec, le syndicat dit craindre pour la sécurité des employés en raison de l’éclosion qui fait rage entre les murs de l’usine.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent a d’ailleurs confirmé qu’il s’agit d’une importante éclosion, en refusant toutefois de divulguer les chiffres les plus récents. L’entreprise elle-même refuse de dévoiler les données.

Le syndicat affirme ne pas être mis au courant des nouveaux cas diagnostiqués dans l’usine, mais estime que près d’une soixantaine d’employés ont contracté le virus.

Le représentant en santé et sécurité du syndicat, Frédéric Charron, a réclamé la fermeture de l’usine «pour une période de deux semaines complètement parce qu’ils sont en perte de contrôle».

Le maire de Rimouski réclame des assouplissements  

La situation épidémiologique est beaucoup plus saine dans les MRC plus à l’est au Bas-Saint-Laurent. Environ 10% des cas actifs se retrouvent dans les MRC qui incluent Rimouski et Matane.

Le secteur de Rimouski-Neigette compte 35 cas actifs, ce qui représente un taux de 60 cas par 100 000 habitants.

Selon le maire de Rimouski, la région ne devrait pas être soumise aux mesures du palier d’alerte maximale.

«Il y a plus de dix fois moins de cas sur le territoire des quatre MRC de l’est qui représentent la majorité de la population de tout le Bas-Saint-Laurent, moi je pense qu’il y a des beaux aménagements qui peuvent être faits, on pourrait même envisager une zone orange», a affirmé Marc Parent en entrevue avec TVA Nouvelles.

Dans la même catégorie