/regional/saguenay

La justice reprend son cours à Roberval

Photo Agence QMI, Roger Gagnon

Les affaires judiciaires ont suivi leur cours presque normal au Saguenay-Lac-Saint-Jean, lundi, deux jours après l’incendie dévastateur du palais de justice de Roberval qui a ravagé le bâtiment historique.

• À lire aussi: Incendie à Roberval: «ça va certainement changer nos vies»

• À lire aussi: Reconstruction en vue pour le palais de justice de Roberval

• À lire aussi: Le palais de justice de Roberval en flammes

Toutes les causes qui étaient inscrites aux rôles lundi ont été déplacées vers d'autres palais de justice de la région et ont donc pu être entendues.

Une huissière était postée en matinée sur un coin de la rue, tout près des décombres du palais de justice, afin d’informer les citoyens des démarches à suivre.

«Je suis ici pour orienter le monde qui vont se présenter à la cour. Je les dirige vers le palais de justice d'Alma, pour le criminel. Pour le civil, je les dirige vers le palais de justice de Dolbeau», a indiqué Guylaine Desgagné, huissière-audiencière.

Une quarantaine de dossiers criminels étaient inscrits lundi au rôle de la Cour du Québec à Roberval et ont donc tous été transférés à Alma.

«Les prévenus ont été avisés de se déplacer et les détenus qui sont dans les centres de détention ont pu comparaitre à distance, a expliqué la bâtonnière du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Me Lyne Bourdeau. J'étais moi-même présente ce matin au palais de justice d'Alma... J'ai eu l'agréable surprise de voir que tout se déroulait très bien. Les avocats sont habitués avec le mode virtuel depuis la pandémie.»

En poste depuis à peine 72 heures, la nouvelle bâtonnière du Saguenay-Lac-Saint-Jean est impatiente de connaître les dégâts dans les bureaux du greffe.

«Est-ce que les dossiers ont été détruits complètement? Si c'est le cas, il pourrait y avoir reconstitution des dossiers judiciaires. C'est quelque chose qui s'est fait à Lac-Mégantic lors de la tragédie. Il y avait eu des avocats délégués sur place afin de reconstituer les dossiers judiciaires... [C'est] tout un travail, mais ça été possible de le faire», a-t-elle affirmé à TVA Nouvelles.

Des criminalistes craignent notamment que des pièces à conviction dans la salle des exhibits aient été détruites dans l'incendie.

La bâtonnière a toutefois assuré que tout sera mis en œuvre pour éviter les conséquences sur la justice.

Le maire de Roberval, Sabin Côté, a confirmé de son côté que les effectifs municipaux travaillaient déjà à préparer le local de la cour municipale qui pourrait servir aux affaires civiles et administratives.

Le maire estime que Roberval ne peut pas rester sans services judiciaires avant la reconstruction complète du palais de justice.

Début de l’enquête

Des ingénieurs ont par ailleurs commencé à inspecter les ruines du palais de justice afin de s’assurer de leur solidité à la suite du brasier. Des drones devaient notamment être utilisés pour inspecter l'intérieur de la bâtisse, afin de s'assurer qu'elle est stable et sécuritaire.

Les enquêteurs du Service de sécurité incendie de Roberval pourront ensuite entamer leur enquête afin d'établir l'origine du sinistre.

En parallèle, des policiers de la Sûreté du Québec doivent aussi veiller sur les documents judiciaires importants qui sont toujours à l'intérieur de ce qui reste du vieux palais de justice ouvert en 1912.

Le gouvernement a rapidement confirmé, dimanche, que le palais de justice serait reconstruit. Québec aimerait pouvoir conserver une partie des murs afin de préserver le cachet patrimonial de l'édifice en pierres lors de sa reconstruction.

Depuis septembre 2019, des travaux d'agrandissement de l'ordre de 66 millions $ avaient été amorcés. Ils devraient se terminer en 2024.