/news/world

Liz Cheney, bête noire de Trump, affrontera la décision des républicains mercredi

Les républicains voteront mercredi au Congrès pour décider s'ils évincent ou non de leur hiérarchie Liz Cheney, tombée en disgrâce pour ses vives critiques de Donald Trump, a annoncé lundi leur chef à la Chambre des représentants Kevin McCarthy.

• À lire aussi: Une jeune républicaine, surprenante promesse Trumpiste au Congrès

«Après avoir écouté beaucoup d'entre vous ces derniers jours, il apparaît évident que nous avons besoin d'un changement. De ce fait, vous pouvez vous attendre à un vote pour démettre» Liz Cheney, numéro trois du parti à la chambre basse, «ce mercredi», a-t-il écrit dans une lettre adressée à son groupe parlementaire.

Fille de l'ancien vice-président américain Dick Cheney, cette dernière est chargée, en tant que numéro trois ou «conference chair», de porter le message des républicains aussi bien en interne qu'auprès des électeurs. Un rôle d'autant plus crucial que les élections parlementaires des «midterms» de 2022 approchent, et que le parti espère reprendre la majorité au Congrès.

Or Donald Trump reste très populaire auprès des électeurs républicains, et de nombreux parlementaires se montrent convaincus qu'ils ne pourront pas regagner la Chambre et le Sénat sans son soutien.

Le magnat de l'immobilier a mis tout son poids contre Liz Cheney, «une imbécile va-t-en-guerre qui n'a rien à faire dans la hiérarchie».

Pour la remplacer, lui comme Kevin McCarthy soutiennent Elise Stefanik, 36 ans, arrivée au Congrès il y a six ans avec des positions plutôt modérées et qui a opéré un net virage pour devenir fervent soutien de l'ex-président républicain, y compris dans ses accusations sans fondement de fraudes électorales.

Elue du Wyoming, Liz Cheney figurait parmi les dix républicains de la Chambre, sur plus de 210, à avoir voté pour la mise en accusation de Donald Trump pour incitation à l'insurrection lors de l'assaut de ses partisans contre le Congrès le 6 janvier.

L'ex-président américain avait ensuite été acquitté par le Sénat.

Après ce vote, elle avait survécu à une première motion de défiance en février. Mais depuis, ses critiques envers le milliardaire républicain n'ont pas cessé et la patience des chefs républicains s'est étiolée.

«Chaque jour passé à refaire le passé est un jour de moins pour se saisir de l'avenir», souligne Kevin McCarthy dans sa lettre.

«Évincer Liz Cheney de la hiérarchie ne rapportera pas un vote supplémentaire au parti républicain, mais cela nous en ôtera un bon nombre», a tweeté lundi le sénateur Mitt Romney, autre grande bête noire de Donald Trump.

Dans la même catégorie