/news/politics

Logement social: des municipalités réclament un nouveau Programme d’aide d’urgence

Photo d'archives, Simon Clark

La pénurie de logements abordables ne touche pas seulement Montréal, mais aussi d’autres villes du Québec, qui ont réclamé une nouvelle mouture du Programme d’aide d’urgence lors d’une rencontre avec la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest.

• À lire aussi: Crise du logement: QS suggère une aide au logement pour les étudiants

• À lire aussi: Se faire mettre dehors de dehors, au nom d’un logement qui n’existe pas

Mise en place en 2005, cette mesure d’aide revue permettrait de répondre aux besoins urgents des populations les plus vulnérables et d’aider les municipalités qui connaissent une pénurie de logements locatifs.

«Le gouvernement du Québec a relancé le programme en 2019 et cela a été très bien accueilli par le milieu. Aujourd’hui, il est important d’alléger les processus et de mettre à jour plusieurs modalités, et cela, en prévision du 1er juillet», a souligné lundi par communiqué la présidente de l’Union des municipalités du Québec (UMQ) et mairesse de Sainte-Julie, Suzanne Roy.

Québec a d’ailleurs déjà promis un premier investissement pour pallier la crise du logement, en annonçant la semaine dernière la mise en place d’un fonds de 151 millions $.

«C’est certes un pas dans la bonne direction. Cependant, d’autres efforts seront nécessaires notamment pour augmenter le nombre d’unités au programme AccèsLogis et en réviser les paramètres, par exemple pour revoir l’approche fondée sur les coûts maximaux admissibles. La construction de nouvelles unités est la clé pour répondre à la problématique du logement», a indiqué le président du Caucus des grandes villes et maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin.

Dans la même catégorie