/news/coronavirus

Mesures sanitaires: le maire de Rimouski veut scinder le Bas-Saint-Laurent en deux

Le maire de Rimouski, Marc Parent, souhaite scinder la région du Bas-Saint-Laurent en deux pour éviter que l’est du territoire fasse les frais de l’ouest en raison des situations épidémiologiques liées à pandémie de COVID-19.

• À lire aussi: 662 nouveaux cas et 6 décès

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

À l’heure actuelle, l’ouest du Bas-Saint-Laurent, qui compte pour 40 % de la population régionale, affiche un nombre de cas actifs de 380 par 100 000 habitants. À l’opposée, dans l’est (où se trouve notamment la Ville de Rimouski), ce même taux est plutôt de 35 par 100 000 habitants, selon M. Parent.

«Donc, 35 cas par 100 000 habitants, il y a uniquement deux régions au Québec, l’Abitibi et la Côte-Nord, qui ont des taux aussi bas que ça. Et ensuite vient la portion est du Bas-Saint-Laurent. Donc on est dans une situation bien meilleure que plusieurs autres régions du Québec, qui elles sont en zone orange ou rouge, et jaune dans certains cas», explique Marc Parent.

Les mesures d'urgence sont appliquées de La Pocatière à Rimouski inclusivement. 

Les MRC de la Mitis, de la Matapédia et de la Matanie sont exclues du rouge foncé au Bas-St-Laurent présentement.

Le maire de Rimouski souhaite ainsi couper en deux la région pour que les quatre MRC de l’est puissent être rétrogradées à un autre palier et que les citoyens puissent retrouver «une vie beaucoup plus normale».

«Ce sont deux réalités totalement différentes. Et je sympathise beaucoup avec les gens de l’ouest, mais la réalité c’est qu’il y a plus de 10 fois moins de cas dans les quatre MRC de l’est qui représentent la majorité de la population», dit M. Parent.

Vu la situation sanitaire dans l’est, Marc Parent pense que la région pourrait facilement se retrouver en zone orange ou au minimum en zone rouge.

«On n’est pas seulement en rouge là, on est en mesure d’urgence. Donc les commerces non essentiels sont fermés, couvre-feu à 20h... Je pense que clairement, ça dépasse la nécessité», lance-t-il.

Le maire de Rimouski indique avoir eu une discussion à ce sujet avec le directeur régional de la santé publique il y a une dizaine de jours. Mais sa demande n’aurait pas été bien accueillie jusqu’à maintenant, prétend M. Parent.

Dans le bilan quotidien de lundi, le Bas-Saint-Laurent recensait 57 nouveaux cas de COVID-19, c’est qui compte pour près de 10% du nombre de nouveaux cas dans toute la province.

Dans la même catégorie