/news/politics

Pornhub visé par une enquête officielle du commissaire à la protection de la vie privée

Photo d'archives, AFP

Le commissaire canadien à la protection de la vie privée a annoncé lundi qu'il enquêtait sur le site pornographique Pornhub au sujet de vidéos qui auraient été diffusées sans le consentement des personnes filmées.  

• À lire aussi: Payant, le marketing de sites pour adultes

• À lire aussi: Le manoir du patron du site Pornhub rasé par les flammes

• À lire aussi: La fin des crédits d’impôt pour les sites pornographiques a sonné

Daniel Therrien, qui dépend du Parlement, a révélé cette information devant des parlementaires du Comité permanent de la protection des renseignements personnels et de l'éthique.

Ce comité doit présenter un rapport portant sur la protection de la vie privée et la réputation sur les plateformes comme Pornhub, dont MindGeek, la maison-mère est basée à Montréal.

Contacté par l'AFP, le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada n'a pas souhaité fournir de détails concernant cette enquête. 

Le comité a entendu les témoignages de plusieurs femmes qui ont affirmé que Pornhub avait ignoré leurs demandes visant à faire retirer les vidéos de la plateforme.

Pornhub, l'un des sites pornographiques les plus populaires de la planète, est au cœur d'un scandale depuis la publication en décembre d'un article du New York Times affirmant que le site proposait des contenus illicites.

Le site pornographique, qui revendique 130 millions de visiteurs chaque jour, avait rejeté les accusations et annoncé une série de mesures pour lutter contre les contenus illégaux. 

Dans la foulée, MasterCard et Visa avaient déclaré que leurs cartes de crédit ne pourraient plus être utilisées dans l'immédiat pour effectuer des paiements sur Pornhub. 

Interpellé à ce sujet, le gouvernement canadien avait annoncé fin 2020 qu'il déposerait un projet de loi début 2021 pour obliger les plateformes en ligne à retirer tout contenu illégal. 

En mars, 104 victimes et 525 ONG provenant de 65 pays avaient écrit une lettre adressée aux parlementaires canadiens dans laquelle elles appelaient Ottawa à lancer une enquête pénale sur MindGeek.