/regional/troisrivieres/mauricie

Un ado de 14 ans de la Mauricie a reçu sa première dose

Un jeune de 14 ans de la Mauricie est devenu vendredi le premier adolescent du Québec à recevoir une dose de vaccin contre la COVID-19.

• À lire aussi: Une Albertaine de 14 ans déjà vaccinée contre la COVID-19

• À lire aussi: Pfizer peut être administré aux jeunes de 12 à 15 ans

• À lire aussi: Il crée une ligne d’aide aux aînés à seulement 13 ans

C’est en raison de sa grande anxiété et de ses troubles obsessionnels compulsifs (TOC) que Steven Bilodeau a obtenu une autorisation de son médecin pour être vacciné rapidement.

L’adolescent avait en effet une peur constante d’attraper le virus, portait jusqu’à trois masques en même temps à l’école et n’allait plus à l’hôpital pour ses différents suivis.

«Le matin je me levais, je vidais des bouteilles de savon au complet. Je n’étais pas capable de m’arrêter. J’achetais du Purell, je mettais des stations de désinfection à telle place (...) Je pouvais passer 20 à 25% de ma journée là-dedans», a-t-il expliqué en entrevue à TVA Nouvelles.

«Je n’avais pas la vie normale de toutes les personnes de mon âge, d’être capable d’aller à l’école facilement avec un masque bien simplement. Avec moi tout était extrême: trois masques, difficultés d’aller à l’école, tout désinfecter, me laver à chaque fois que je revenais de l’école... Plein de choses comme ça qui rendaient mon quotidien difficile.»

Armé du billet de son médecin de famille et de sa carte d’assurance maladie, Steven Bilodeau s’est fait refusé d’un premier centre de vaccination avant d’avoir sa première dose du sérum de Pfizer/BioNTech.

«La vie a bien fait les choses, j’ai été vacciné. Ma mère m’a beaucoup aidée», a-t-il précisé.

GRACIEUSETÉ/TVA NOUVELLES

Un bel été             

Steven Bilodeau dit qu’il vit beaucoup moins d’anxiété depuis vendredi, avouant mieux dormir et ne porter (plus) que deux masques à l’école.

«Depuis le vaccin, je me suis dit que j’allais suivre les mesures normales et que ça, ça serait assez pour me protéger et protéger les autres. C’est vraiment surtout ça qui a changé», a-t-il fait savoir. 

«Je vais avoir ma deuxième dose avant de retourner à l’école. J’espère que les mesures vont descendre. Mais même si ce n’est pas le cas, je vais avoir, tout court, un plus bel été parce que les mesures que je m’imposais vont descendre. Si j’ai le contrôle sur les mesures que je choisis de faire (...) c’est du positif qui arrive enfin, je vois la lumière au bout du tunnel.»

Il espère maintenant que plus de jeunes souffrant de problèmes de santé mentale recevront le vaccin contre la COVID-19 dans les prochaines semaines.

«Je sais qu’il y a une campagne de vaccination au Québec, je sais comment ça fonctionne. Mais je pense que ça serait possible d’avoir une petite pensée pour ces jeunes-là, comme moi, qui vivent avec des difficultés comme ça. Il ne faut vraiment pas les oublier.»

La santé publique de la Mauricie-Centre-du-Québec a confirmé que le jeune Steven avait été vacciné, mais qu’il s’agissait d’un cas isolé.

Environ 45% de la population de la Mauricie-Centre-du-Québec est vaccinée à ce jour.