/news/law

Agression sexuelle sur un autre homme : un garagiste déclaré coupable

Legal law concept image gavel  screen display

Paul - stock.adobe.com

Un homme de 47 ans a été reconnu coupable d’agression sexuelle, mardi après-midi, au palais de justice de Sherbrooke, pour avoir posé des centaines de gestes disgracieux à caractère sexuel à l’égard d’un collègue de travail.

L’agresseur et la victime, deux garagistes, se côtoyaient régulièrement dans un garage de la région de Sherbrooke, entre 2015 et 2018. Pendant près de trois ans, l’agresseur, qu’il nous est impossible de nommer pour respecter une ordonnance de la cour, a transformé la vie de sa victime en véritable cauchemar, rendant «l’environnement de travail toxique pour le plaignant», a déclaré la juge à la Cour du Québec, Claire Desgens.

Selon le récit des événements raconté par la magistrate, l’agresseur agrippait et tapait les fesses de la victime plusieurs fois par jour. Il est aussi allé jusqu’à lui saisir les parties génitales.

«Il existait dans ce garage, jusqu’en 2018, deux réalités, celle de l’intimidateur et celle de la victime: un climat perpétué par le silence et l’inaction de vos autres collègues», a déclaré la juge.

Les agressions ont pris fin lorsque le plaignant a capté des gestes déplacés sur un enregistrement vidéo afin de poursuivre son agresseur en cour.

L’intimé a affirmé que tout cela n’était que des «‘’jokes’’ de gars de garage», a relaté la juge Desgens, en citant le témoignage du délinquant sexuel lors de son procès, qui a eu lieu en février dernier.

Il a été dit devant le tribunal que bien qu’elle avait dénoncé son agresseur à ses supérieurs et qu’elle avait tenté de l’arrêter à quelques reprises, la victime ne réagissait pas tout le temps à chaque agression, tellement elles étaient fréquentes.

Or, la juge Desgens a tenu à rappeler qu’on «ne peut reprocher à une victime, qu’elle soit un homme ou une femme, le fait qu’elle se soit tue en pareilles circonstances». «Le silence ne peut jamais être interprété comme un consentement en matière d’attouchements sexuels.»

Le garagiste de Cookshire-Eaton a donc été déclaré coupable d’agression sexuelle. Il connaîtra sa sentence dans les prochains mois.