/regional/montreal

Coderre n’en a pas fini avec la Formule E

Grand Prix du Canada - Formule 1

Martin Chevalier / JdeM

La bête noire de Denis Coderre lors de la dernière élection municipale en 2017, la Formule électrique, fait toujours l’objet d’un recours devant le Tribunal, intenté par Alexandre Choko, qui a récemment gagné une bataille en cour. L’homme d’affaires poursuit la Ville pour la somme de 3 millions $ après avoir été écarté du processus visant à organiser l’événement.

• À lire aussi: Coderre veut prouver qu’il a changé

• À lire aussi: Denis Coderre briguera la mairie de Montréal

• À lire aussi: Formule électrique: la Ville déboutée en appel

TVA Nouvelles a en effet un jugement de la Cour supérieure daté de la semaine dernière qui donne raison à M. Choko. Ainsi, la Ville de Montréal devra lui remettre les communications entre Denis Coderre et sa conseillère principale de l’époque Marie-Josée Reid avec le Bureau de l’inspecteur général (BIG) qui a établi que l’ancienne administration n’a pas respecté le cadre législatif applicable dans l’octroi de contrats en lien avec cette controversée course au centre-ville.

Joint au téléphone, Me Karim Renno qui représente les intérêts d’Alexandre Choko a expliqué que la Ville ‘’voulait se réfugier derrière le rapport du BIG’’ en fondant ses objections sur le fait que cette information est protégée par le secret professionnel. ‘’Ce que nous allons maintenant pouvoir obtenir de la Ville, ce sont les opinions juridiques et mises en garde que Denis Coderre et Marie-Josée Reid ont reçues des Services juridiques de la Ville de Montréal au stade de la planification de la Formule E’’, explique Me Renno. La Ville a 30 jours pour en appeler de cette décision de la Cour supérieure.

Alexandre Choko affirme que sa décision de poursuivre la Ville a été prise à la lumière de sa lecture du rapport dévastateur du Bureau de l’inspecteur général. La Ville de Montréal a contourné les règles pour donner le contrat d’organisation de la course de Formule E à evenko, malgré les mises en garde de ses propres avocats, selon le rapport BIG rendu public en mai 2018.

Dans la même catégorie