/news/politics

Trudeau «très préoccupé» par la fermeture potentielle de la Ligne 5 d’Enbridge

Justin Trudeau est «très préoccupé» par la fermeture potentielle de la Ligne 5 d’Enbridge et soutient qu’il favorise toujours la médiation directe entre l’entreprise pétrolière et l’État du Michigan.

• À lire aussi: La fermeture d’un pipeline pourrait faire exploser les prix à la pompe ici

M. Trudeau a indiqué mardi matin qu’il a déjà soulevé la question du pipeline avec le président Joe Biden directement, mais les discussions entre Ottawa et la gouverneure du Michigan se déroulent depuis des mois, principalement à travers l’ambassadrice du Canada Kirsten Hillman.

Devant l’impasse et à l’approche de l’ultimatum, le premier ministre Trudeau a promis que le gouvernement allait «[...] continuer de participer et de faire valoir nos préoccupations à travers l’ambassade à Washington».

Un mémoire pour sauver les meubles  

Parallèlement, le ministre des Ressources naturelles, Seamus O’Regan Jr., a déposé mardi un mémoire à la Cour fédérale des États-Unis pour, entre autres choses, appuyer la poursuite de la médiation entre Enbridge et l’État du Michigan.

Cette initiative arrive in extremis, alors que la Ligne 5 pourrait être bloquée dès demain, le 12 mai, date limite que M. Whitmer a donnée à Enbridge pour fermer le pipeline.

Le ministre O’Regan dévoile aussi que le mémoire «met en évidence le fait que la canalisation 5 constitue un lien essentiel sur les plans énergétique et économique entre le Canada et les États-Unis, et exprime la conviction du Canada que la Cour fédérale américaine est l’autorité appropriée pour instruire l’affaire entre les deux parties».

Le mémoire est le fruit d’un travail coordonné entre Ottawa et les gouvernements de l’Alberta, de la Saskatchewan, de l’Ontario et du Québec.

La ligne pétrolière, qui transporte environ 540 000 barils de pétrole et de gaz naturel par jours, est cruciale pour l’économie et les conditions de vie d’une partie du sud-ouest de l’Ontario, d’une partie du Québec, mais aussi pour des États du nord des États-Unis.

Pressé sur la question, M. Trudeau n’a pas indiqué s’il avait l’intention d’invoquer l’Accord sur les pipelines de transit signé en 1977 avec les États-Unis.

«Les conservateurs demandent de toute urgence au premier ministre Trudeau d’appeler le président Biden et d’invoquer l’Accord sur les pipelines de transit de 1977 afin de veiller à ce que cette infrastructure vitale reste ouverte», ont déclaré par communiqué trois députés du Parti conservateur, dont Gérard Deltell.

La fermeture de la Ligne 5 était une promesse électorale de la Gouverneure du Michigan, Gretchen Whitmer. Ses craintes se fondent notamment sur le potentiel de fuites du pipeline dans les Grands Lacs.