/news/currentevents

Un poupon de huit jours enlevé des bras de sa mère

enlèvement enfant

Photo Facebook

Une Québécoise a été arrêtée dimanche en Ontario après avoir enlevé un bébé naissant des mains de sa mère, qu’elle venait d’asperger de poivre de Cayenne.

Nicole Shanks, 32 ans, fait face à de multiples accusations, dont enlèvement, entrée par effraction, harcèlement et agression armée à la suite du sordide incident survenu dans l’ouest d’Ottawa.

Vers 13 h 40 dimanche dernier, la résidente de Shawville, en Outaouais, aurait fait irruption dans le domicile de Melissa Armstrong, sur la rue privée Eva Taylor. 

La façade du domicile de Melissa Armstrong, où l’enlèvement du poupon a eu lieu dimanche dernier.

Photo Jadrino Huot

La façade du domicile de Melissa Armstrong, où l’enlèvement du poupon a eu lieu dimanche dernier.

« Quand elle est arrivée chez moi, elle m’a aspergé le visage avec du répulsif à ours et a crié que j’avais volé son bébé. Elle a pris mon fils et s’est enfuie avec lui », raconte en anglais Mme Armstrong, dans une publication Facebook.

Selon la jeune mère, son assaillante aurait crié : « C’est mon bébé, je l’amène à la maison », tout en s’enfuyant avec Mason, un petit garçon de huit jours à peine.

« Quand j’ai réalisé qu’elle était dérangée et qu’elle pensait que c’était son bébé, je savais qu’elle ne le blesserait pas. Alors, au lieu de la charger, j’ai crié à l’aide, écrit-elle. J’étais aveuglée au sol, à ce moment. »

Heureusement, les voisins de Mme Armstrong l’ont entendue et ont rattrapé la kidnappeuse alors qu’elle installait le nouveau-né dans sa voiture, qu’elle avait stationnée au Farm Boy, un marché de fruits et légumes, non loin de là.

Écoutez la chronique de Félix Séguin sur QUB radio:

Bébé va bien  

Ils l’ont gardée sur place jusqu’à l’arrivée des autorités.

« Mon voisin et son fils sont des héros. [...] Je les ai entendus crier “on a Mason, on a le bébé ! ’’ », poursuit-elle dans sa publication.

Une fois arrivés, les patrouilleurs du Service de police d’Ottawa ont mis Shanks en état d’arrestation. 

Les ambulanciers ont quant à eux confirmé que le petit Mason se portait bien. Mme Armstrong et sa fille qui se trouvait aussi à la maison ont eu moins de chance, même si elles s’en sortent sans blessures sérieuses.

« Ç’a pris huit heures pour que la douleur s’apaise. Mes enfants étaient OK, c’est tout ce qui m’importait », écrit la jeune mère.

Deux jours plus tôt, Nicole Shanks s’était présentée chez Melissa Armstrong, prétextant qu’elle venait lui offrir un panier-cadeau pour son nouveau-né.

Les deux femmes se seraient connues récemment par l’entremise d’un groupe Facebook pour les nouvelles mères en Outaouais.

Selon la voisine de la victime, l’accusée aurait longuement observé la cour arrière.

« Elle était assez louche. C’est très traumatisant. Je pense me faire installer des caméras », nous a-t-elle confié.

Melissa Armstrong a également publié que Shanks observait sa famille depuis un certain temps.

D’autres mamans contactées  

« Elle nous a regardés le soir d’avant, par la fenêtre. Elle regardait mes enfants. Les enquêteurs ont dit que dans toutes leurs années, ils n’avaient jamais vu quelque chose comme ça, dit-elle. J’ai hésité à publier [ceci], mais je veux être certaine que le monde ne vive pas ce que j’ai vécu. »

Selon une de ses connaissances qui a requis l’anonymat, Nicole Shanks serait une mère de trois enfants qui s’impliquait beaucoup dans sa communauté.

Par ailleurs, les policiers d’Ottawa croient que Nicole Shanks pourrait avoir été en contact avec d’autres jeunes mères et ils les invitent à les contacter. 

« L’enquête se poursuit. À ce moment, on n’est pas au courant si la dame souffre de troubles psychiatriques », a indiqué hlundi le sergent Martin Groulx, en conférence de presse.

– Avec Michel Bellemare, Agence QMI


Nicole Shanks devrait être de retour devant le tribunal ce vendredi.