/news/society

Une veuve et ses fils pourront rester au pays

expulsée nid de poule

Photo d’archives, Jonathan Tremblay

La petite famille ukrainienne dont le père est décédé il y a deux ans dans un accident causé par un nid-de-poule, sur l’autoroute 30, pourra finalement demeurer au Canada.

• À lire aussi: Expulsés à cause d’un nid de poule sur l’autoroute?

• À lire aussi: Décès tragique d’un immigrant ukrainien: Québec appelé à empêcher l’expulsion de la famille

• À lire aussi: Transports Québec est blâmé pour sa négligence

« Je suis très heureuse et soulagée d’avoir reçu rapidement la réponse concernant mon immigration. Je peux me concentrer maintenant à de nouveaux projets. C’est une fête pour ma famille », lance au Journal Hanna Horbanova, 34 ans, après avoir obtenu sa résidence permanente.

En mars 2019, son mari, Ihor, 32 ans, a perdu la vie lors d’une violente collision avec un camion de Transports Québec, à la suite d’une embardée dans un trou de 7 mètres sur la chaussée, à la hauteur de Verchères, en Montérégie. 

Un coroner avait notamment blâmé le ministère des Transports pour ce chantier dangereux.

À ce moment, cela faisait à peine un an que la famille du travailleur ukrainien s’était installée à Sorel-Tracy. M. Horbanova avait été embauché comme machiniste en pleine pénurie de main-d’œuvre.

Risquer l’expulsion

Comme elle avait immigré ici avec le visa de son mari, la jeune veuve a dû mener une longue bataille afin de pouvoir demeurer au Canada avec ses fils, Kyryl, 5 ans, et Hlib, 10 ans. 

On lui avait même retiré son droit de travail en attendant que l’Immigration statue sur son sort, car elle ne répondait pas aux critères du ministère. Elle risquait donc l’expulsion.

Reconnaissante

Le député fédéral de Bécancour-Nicolet-Saurel, Louis Plamondon, jurait avoir les mains liées dans ce dossier, mais déplorait le manque « de gros bon sens ». 

La bonne nouvelle est finalement tombée dans les derniers jours. Mme Horbanova a aussi repris le boulot.

« Je voudrais remercier tous [les gens] qui m’ont aidée et soutenue dans ce temps difficile. C’était le rêve de ma famille, et maintenant, nous le réalisons », conclut la jeune mère de famille.

Dans la même catégorie