/regional/montreal/montreal

Valérie Plante déplore le manque de représentativité québécoise chez le CH

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, croit que le Canadien doit en faire davantage pour inclure des joueurs d’ici au sein de sa formation.

• À lire aussi: Québécois chez le CH: Geoff Molson et Marc Bergevin doivent être sensibles, dit Legault

• À lire aussi: Joueurs québécois: «Le CH a une responsabilité morale et sociale»

• À lire aussi: Le CH en séries, malgré une défaite

Mme Plante a émis son commentaire par la voie des réseaux sociaux, mardi avant-midi, au lendemain du match du Tricolore face aux Oilers d’Edmonton. Elle a ainsi pris note qu’il s’agissait de la première rencontre en 112 ans d’histoire du Bleu-Blanc-Rouge sans un seul hockeyeur de la province dans son effectif.

Actuellement, Phillip Danault, Jonathan Drouin et Alex Belzile sont les trois seuls représentants de la Belle Province dans la formation de l’équipe. Les deux premiers sont toutefois blessés, tandis que le troisième a été laissé de côté par l’entraîneur-chef Dominique Ducharme, lundi.

«Il y a de nombreux jeunes Québécois et Montréalais talentueux qui aspirent à jouer dans la [Ligue nationale de hockey]. Les @CanadiensMTL doivent faire un effort supplémentaire pour aller les chercher. Pour leur public. Pour la métropole francophone d'Amérique», a écrit la mairesse sur son compte Twitter.

Une source de fierté

La politicienne a précisé sa pensée, plus tard lors d’un point de presse, mettant l’accent sur l’importance de l’équipe dans la culture québécoise et sur le rôle de l’organisation pour promouvoir le talent d’ici.

«Mon message, c’était vraiment de dire: le Canadien de Montréal, c’est notre fierté, c’est un symbole pour Montréal et le Québec au grand complet, a-t-elle lancé. Il y a toujours eu des efforts faits pour avoir des joueurs d’ici et mettre en valeur nos talents locaux.

«Moi, je l’aime [Cole] Caufield. Ce n’est pas ça le problème. C’est juste qu’on souhaite avoir plus de joueurs québécois dans l’équipe. Maintenant on n’en a que trois. Alors on en voudrait plus!»

Amorcée le 19 janvier 1910, la séquence de parties avec au moins un patineur du Québec a donc pris fin au 6918e match de saison régulière du Canadien. Samedi, Ducharme avait utilisé Belzile, ce qui avait prolongé la série, mais celui-ci a été retranché au profit de Paul Byron, lundi.

-Avec la collaboration de Félix Lacerte-Gauthier

Dans la même catégorie