/finance/homepage

Vol de données chez Desjardins: un courtier a acheté entre «150 000 et 200 000 noms»

Mathieu Joncas

Photo d'archives

Le courtier Mathieu Joncas, suspect dans le vol de données chez Desjardins, a admis avoir acheté entre «150 000 et 200 000 noms» avec des données confidentielles, a indiqué la syndique adjointe de l’Organisme d’autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ), Julie Pinet.

• À lire aussi: Le PDG de Desjardins assure collaborer

• À lire aussi: Une autre fuite troublante chez Desjardins

• À lire aussi: Mouvement Desjardins: 3,2 M$ pour le grand patron

Mardi, l’audience de Mathieu Joncas a commencé devant le comité de discipline de l’OACIQ. Il est visé par deux plaintes, notamment pour avoir acheté en 2016 ou 2017, comme courtier hypothécaire, des listes de potentiels clients comportant des renseignements confidentiels.

On reproche entre autres à Mathieu Joncas de ne pas avoir vérifié si les personnes inscrites sur ces documents avaient consenti à la transmission de leurs informations personnelles. L’OACIQ affirme aussi dans cette plainte que le suspect n’a pas dévoilé lors d’un interrogatoire, en octobre 2019, «tous les faits dont il avait connaissance concernant ces listes de potentiels clients».

La seconde plainte vise un possible conflit d’intérêts pour Mathieu Joncas alors qu’il était à la tête, entre 2017 et 2019, d’une agence de courtage hypothécaire ainsi qu’actionnaire dans une compagnie de prêts privés. Cette dernière a signé plusieurs contrats avec des clients de l’agence.

40 cents et 1 $

Lors de son témoignage, Julie Pinet a révélé que Mathieu Joncas a payé «1 $» pour acheter les 50 000 premiers noms auprès d’un autre suspect dans le dossier du vol de données chez Desjardins, et «40 cents» pour chaque autre personne. Pour un montant total entre 90 000 $ et 110 000 $.

La syndique adjointe a aussi remis en question la collaboration de Mathieu Joncas durant l’enquête. Pour des raisons médicales, il n’a pas pu se présenter à la rencontre programmée avec l’OACIQ le 18 octobre 2019, à Québec.

«On s’est quand même présenté à l’agence [de Mathieu Joncas]», a raconté Julie Pinet, précisant que l’ordinateur du suspect n’était toutefois pas dans son bureau, malgré cette demande.

Lors de cette visite, ils ont découvert des listes de clients avec des données sensibles, comme des soldes hypothécaires, des taux hypothécaires, la valeur de propriétés, des primes d’assurance invalidité et des primes d’assurance vie.

L’interrogatoire de Mathieu Joncas a finalement eu lieu le 30 octobre, à Montréal, a mentionné Julie Pinet. Il était alors accompagné de son avocat.

Mathieu Joncas s’est présenté avec un ordinateur «vide», avec «aucune donnée», a-t-elle dit. Il a affirmé avoir éprouvé des problèmes informatiques. Il n’avait également pas son cellulaire avec lui, a déploré la syndique.

Dans la même catégorie