/news/politics

Élections fédérales: Libéraux et Conservateurs coude-à-coude

Si des élections fédérales devaient se tenir aujourd’hui, bien malin serait celui qui pourrait prédire les résultats.

• À lire aussi: «Il n’y a personne qui veut des élections pendant une pandémie»

Un nouveau sondage Léger sur les intentions de vote montre que les Libéraux de Justin Trudeau et les Conservateurs d’Erin O’Toole jouent du coude. 

En effet, les données montrent que le Parti libéral du Canada (PLC) obtiendrait 33% (-1)* des voix tandis que le Parti conservateur du Canada (PCC) récolterait 30% des intentions de vote (+2). 

«En septembre dernier, les Libéraux avaient 10 points d’avance sur les Conservateurs. Et là, tranquillement l’écart s’effrite. Les Libéraux tombent un peu. (...) C’est un écart de trois points, c’est dans la marge d’erreur. Ça veut dire que personne ne peut prévoir le résultat réel», explique Jean-Marc Léger.

Le Nouveau Parti Démocratique (NPD) (19%; -1), le Bloc québécois (7%; -) et le Parti vert (7%; -) suivent les deux autres formations politiques.

En fonction de ces données, M. Léger est d’avis que le gouvernement élu serait encore minoritaire, comme c’est présentement le cas à Ottawa.

Le Bloc toujours populaire au Québec   

L’une des raisons pour lesquelles un parti peinerait à former un gouvernement majoritaire à la Chambre des communes, c’est notamment parce que le Bloc québécois d’Yves-François Blanchet est toujours populaire au Québec.

La formation de M. Blanchet obtiendrait 31% des voix si des élections avaient lieu. Les Libéraux, avec 29% des intentions de vote, arrivent au 2e rang dans la Belle province. Les Conservateurs (20%), les Néo-démocrates (9%) et les Verts (8%) arrivent au 3e, 4e et 5e rang respectivement.

«Par rapport aux dernières élections, le Bloc a perdu deux points. (...) Mais les Libéraux en ont perdu 5. Donc, ça veut dire qu’ils peuvent perdent des sièges s’il y avait élection aujourd’hui. Et c’est une légère montée du Parti conservateur de 16 à 20 %», analyse Jean-Marc Léger.

Selon ces chiffres, il faudra garder un œil sur les Conservateurs, qui arrivent dans la zone payante, selon le sondeur.

«S’ils atteignent 21, 22, 23% des intentions de vote, là on se retrouve avec des batailles à trois beaucoup plus imprévisibles», indique M. Léger.

Avance considérable du PLC en Ontario   

Le PLC peut toutefois se réjouir de sa position avantageuse en Ontario, où la population ne lui confère pas moins de 40% des intentions de vote. Un résultat sans doute attribuable à l’effondrement du gouvernement provincial conservateur de Doug Ford.

«Il y a une relation de cause à effet. M. Ford, qui était bien aimé au début de la pandémie, aujourd’hui ça va de moins en moins bien. Et ç’a un impact sur les Conservateurs fédéraux», note Jean-Marc Léger.

Ainsi, le Parti conservateur récolte que 28% des intentions de vote dans la province la plus populeuse du Canada. Ils avaient obtenu 34% lors du scrutin de 2019.

Le NPD est non loin derrière avec un taux de 21%, tandis que les Verts d’Annamie Paul sont au dernier échelon à 7%.

Comme d’habitude, la bataille se jouera dans les banlieues de Toronto où une trentaine de sièges sont en jeu.

«La dernière fois, c’est passé au parti libéral. Quand Stephen Harper avait gagné, c’était passé au parti conservateur», explique M. Léger.

En fonction des intentions de vote dans ses deux provinces, Jean-Marc Léger est d’avis qu’un gouvernement libéral minoritaire serait à nouveau élu s’il y avait des élections aujourd’hui.

*Par rapport au sondage du 26 avril dernier