/news/coronavirus

Le directeur de la Santé publique de l’Estrie fait son mea culpa

Le directeur de la Santé publique de l'Estrie, Alain Poirier, a fait son mea culpa mercredi matin, après avoir proposé de garder les élèves du 2e cycle du secondaire en présentiel, malgré le passage en zone rouge de la région lundi.

• À lire aussi: Estrie: deux MRC veulent revenir en zone orange

• À lire aussi: Le Québec en train de «passer à travers la 3e vague»

• À lire aussi: Estrie: les élèves pourront rester à l'école secondaire

En mêlée de presse, il a reconnu que sa proposition avait pu susciter de la confusion chez les jeunes et leurs parents.

«Il y a eu un malentendu dans la mesure où toutes les discussions et les décisions ont été prises ce weekend avec mes collègues. À la table nationale, on n’a pas réussi à conclure parce que plusieurs d'entre eux voulaient consulter leur centre scolaire sur la proposition que nous avons faite. Depuis, nos discussions ont continué tous les soirs et quand on veut informer les centres scolaires pour le lendemain, on doit faire des communications rapides», a expliqué M. Poirier.

L'Estrie dispose donc d'un sursis jusqu'au vendredi 14 mai. D'ici là, les élèves demeureront en classe.

Rappelons qu'en date d'aujourd'hui, on ne compte que deux cas positifs chez les élèves du 2e cycle du secondaire de Centre de service scolaire de la région de Sherbrooke.