/news/politics

L’omerta est toujours ressentie en santé

Stressed young businessman

Rido - stock.adobe.com

Des travailleurs du réseau de la santé disent ne toujours pas savoir vers qui se tourner pour dénoncer des problématiques dans leur milieu de travail, un an après l’infructueuse mise sur pied de la boîte courriel «OnVousÉcoute».

«On ne voit pas de changement directement dans les établissements. Ça semble être de la poudre aux yeux finalement », résume Catherine Joly, une infirmière clinicienne en congé de maternité. 

Comme plusieurs de ses collègues, Mme Joly garde aujourd’hui un goût amer de son expérience avec «OnVousÉcoute». Ses requêtes concernant, notamment, un conflit avec son employeur avaient été balayées du revers. Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) avait refusé de s’ingérer dans la gestion des ressources humaines de son établissement. 

La boîte courriel a été mise en place en mai 2020, dans l’espoir de mettre fin à l’omerta dans le réseau de la santé, alors que la première vague de la pandémie frappait de plein fouet les CHSLD du Québec et leurs employés.

Une «farce»

Presque un an plus tard, en date du 3 mai 2021, 5105 courriels ont été reçus, dont une majorité remonte au lancement du projet. Et les bienfaits de la boîte semblent toujours se faire attendre.

« Honnêtement, c’est un rendez-vous manqué», souligne Nancy Bédard, présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ). «Le bilan [de «OnVousÉcoute»] pour les professionnels en soins, c’est que ça a été une farce.» 

Parallèlement, la FIQ a récolté plus de 2000 témoignages provenant de travailleurs et de citoyens, en lançant son propre site: «Jedénonce».

«Les efforts du ministère sont là, mais avant que ça fasse effet sur le terrain, c’est tellement long», insiste Mme Bédard.

«Le monde a besoin de savoir qu’ils ne risquent pas leurs jobs pour faire quelque chose de bon», commente Jeff Begley, président de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN).

Malgré les critiques, le cabinet du ministre Christian Dubé estime toujours que «OnVousÉcoute» a été «un succès». 

À plus long terme, le ministère veut réviser l’ensemble des politiques de confidentialité dans ses établissements, indique l’attachée de presse, Marjaurie Côté-Boileau.