/news/law

Ottawa: de nouvelles poursuites autour du cratère de 2016

Guillaume St-Pierre/Agence QMI

L’immense cratère qui s’était créé en plein centre-ville d’Ottawa, il y a bientôt cinq ans, n’a pas fini de faire jaser, puisque les décideurs municipaux ont intenté des poursuites envers les assureurs de la ligne de métro léger, dont la construction a été retardée. 

• À lire aussi: Élections fédérales: Libéraux et Conservateurs coude-à-coude

• À lire aussi: Le NPD demande à Ottawa de suspendre les ventes d’armes à Israël

• À lire aussi: Gatineau mise sur un tramway de 3,9 milliards $

Rappelons qu’en juin 2016, un trou béant causé par un sol instable est apparu en plein milieu de la rue Rideau, à la hauteur de la promenade Sussex. Il n’y a eu aucun blessé, mais un véhicule a tout de même été englouti.

Dans un mémo envoyé notamment au «Ottawa Citizen», lundi, la ville a expliqué qu’elle poursuivait les 13 assureurs impliqués dans la mise en place du projet. La construction de la ligne de métro, chapeautée par le Groupe de transport Rideau (GTR), a été complétée en septembre 2019, 16 mois après ce que prévoyait l’échéancier initial.

Ce délai a entraîné des coûts supplémentaires, mais Ottawa détenait une limite de 700 millions $ pour une seule perte, proposée par lesdits assureurs.

En novembre 2018, la ville a utilisé l’assurance pour couvrir 50 % des dépenses en coûts essentiels («hard costs») liés à l’apparition du trou. Cependant, une partie de dépenses accessoires («soft costs») qui aurait dû être couverte, puisque causées par le cratère, ne l’ont pas été.

Ce n’est qu’en août 2020 que la preuve de ces pertes a été présentée aux assureurs par la ville, qui réclamait 361 millions $ en coûts accessoires et en dépenses légales et comptables, notamment.

De plus, un montant de 230 millions $ a aussi été ajouté par la ville, quant à la poursuite du Groupe de transport Rideau dont elle fait l’objet. Il y a deux ans, le GTR avait lancé ses propres procédures légales envers les assureurs, qui auraient refusé d’inclure certains coûts reliés au cratère dans leur couverture.

Toujours est-il que les assureurs ont refusé la demande de la ville en décembre 2020 et le tout devrait se rendre en cour dans les prochains mois, toujours selon le «Ottawa Citizen».