/news/society

La détresse des hommes a augmenté pendant la pandémie

Depressed man sitting on bed in an empty room , This is major depressive disorder

estradaanton - stock.adobe.com

Selon un récent sondage SOM sur la santé et le bien-être des hommes, 1 Montréalais sur 5 a une détresse psychologique élevée. 

Ce chiffre est deux fois plus élevé que lors de la dernière enquête en 2018.

Ce plus récent sondage a été réalisé en janvier dernier auprès de 3000 hommes. 

Janie Houle, psychologue communautaire et chercheuse à l’UQAM, explique que cette année, la différence entre Montréal et les autres régions est encore plus marquée. 

«Premièrement, Montréal a été la région la plus touchée par la pandémie. On sait aussi que Montréal est la région du Québec où on observe les plus hauts taux de pauvreté», poursuit l’experte. 

Le récent sondage démontre aussi que ce sont surtout les 18 à 34 ans qui sont les plus touchés. 

Selon les mêmes données, seulement 19 % des hommes en détresse ont consulté un intervenant psychosocial depuis le début de la pandémie. 

«Demander de l’aide souvent ça peut être difficile et souvent les gens peuvent avoir honte ou ils peuvent voir ça comme un signe de faiblesse, mais dans les faits, moi je vois ça comme un signe de force», explique Jean Simard, éducateur spécialisé au CIUSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal.