/news/politics

Le NPD veut construire 500 000 logements en 10 ans

Photo d'archives, AGENCE QMI

Le NPD veut construire un demi-million de logements à travers le pays dans la prochaine décennie et imposer une taxe spéciale pour les investisseurs immobiliers de l’étranger afin de combattre la crise du logement. 

«Même s’il y a des gens qui le nient, il y a une véritable crise du logement», a déclaré mercredi le député néodémocrate de Rosemont-La-Petite-Patrie, Alexandre Boulerice.

«Ça fait des années que je suis député fédéral. On a l’impression que la situation s’empire année après année», a-t-il ajouté.

M. Boulerice et le chef du NPD, Jagmeet Singh, ont dénoncé le manque de volonté et les faibles investissements dans le logement social par les gouvernements libéraux et conservateurs précédents.

Lors du dépôt du budget fédéral le mois dernier, la ministre Chrystia Freeland a annoncé une bonification de 2,5 milliards $ à la stratégie des libéraux en matière de logement, dont l’enveloppe était à la base de 40 milliards $.

Ces investissements supplémentaires ne combleront pas les besoins et ne sont pas suffisants, estime M. Boulerice.

Le plan libéral prévoyait au départ la construction de 35 000 logements sur une échelle de dix ans. Les néo-démocrates visent donc 465 000 logements de plus lors pendant la même période, soit environ près de 15 fois plus.

Le NPD désire du même coup s’attaquer au blanchiment d’argent, un problème endémique qui contribue aussi à l’augmentation du coût moyen des logements.

D’autres mesures sont aussi envisagées, dont un moratoire sur les évictions en période de pandémie, ainsi que la mise en place d’une subvention du gouvernement pour les loyers résidentiels, similaire à ce qui a été mis en place pour les loyers commerciaux.