/regional/troisrivieres/mauricie

Les promoteurs industriels au régime à Trois-Rivières

Jusqu'à ce que la ville de Trois-Rivières ait ouvert de nouvelles zones industrielles, les promoteurs devront être rationnés et astreints à des exigences plus contraignantes pour les nouvelles implantations.

Comme TVA Nouvelles l'indiquait il y a quelques jours, les sept parcs industriels de la ville affichent complet. «On est en rupture de stock», a indiqué Mario De Tilly, directeur d'Innovation et développement économique Trois-Rivières (IDÉ) en parlant de terrains avec services c'est-à-dire aqueduc, égouts et routes. « On arrive à la fin de cette disponibilité-là», a-t-il ajouté.

Les derniers millions de pieds carrés disponibles sont en voie d'être défrichés dans le parc industriel Carrefour 40-55 à l'ouest de la ville. Le commissariat industriel prévoit qu'ils seront remplis d'ici trois ans.

Ainsi, à partir de maintenant au moins 40 % de la surface des terrains vendus devra être occupé par un bâtiment afin de minimiser les espaces inoccupés.

La Ville fait temporairement une croix sur l'avènement sur son territoire de grands centres de distribution ou d'entreposage.

La rentabilité pour l'économie des projets devra être optimale en terme par exemple d'emplois au pied carré. Il est clair aussi que les promoteurs industriels n’auront plus l'embarras du choix des emplacements.

Pendant ce temps, la Ville se lance à la recherche de vastes superficies pour y implanter de nouvelles zones industrielles. On s'attend à ce que le principal défi pour y arriver soit l'acceptabilité sociale.