/news/coronavirus

Une famille endeuillée réclame qu’on informe les locataires des cas de COVID-19

Quebec

Photo Stevens Leblanc

La famille d’un homme de 48 ans mort de la COVID-19 déplore que les propriétaires immobiliers ne soient pas tenus de divulguer les cas dans leurs complexes. Cela aurait peut-être permis d’éviter des cas et un autre décès au Village de l’Anse, à Québec, croit la sœur de la victime.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

Steve Lefrançois a été hospitalisé le 15 avril après avoir contracté la COVID-19 même s’il était en télétravail et qu’il sortait peu de chez lui. 

« Il avait vraiment peur du virus. [...] Il n’arrêtait pas de me dire qu’il avait hâte que ce soit son tour pour aller se faire vacciner », raconte sa sœur, Sylvie Lefrançois.

Dans les jours suivant son hospitalisation, M. Lefrançois est placé dans un coma et décédera finalement le 7 mai. 

Deux jours avant sa mort, la publication d’un reportage sur des cas au Village de l’Anse a fait bondir la famille. Le Journal y rapportait que la direction avait pris certaines mesures et avait avisé les résidents que le virus circulait.

« On a communiqué avec eux le 17 avril pour les aviser de la situation de mon frère. Je leur ai dit de faire attention, que mon frère avait la COVID », raconte Mme Lefrançois. 

« Et là, on apprend que le monde a été avisé juste deux semaines plus tard », lance la dame qui croit qu’on aurait pu éviter des cas et des décès en agissant plus tôt.

Pas tenus de déclarer les cas

Joint par Le Journal, le directeur général d’Immeuble Populaire de Québec, Michel Côté, assure que tout a été fait dans les règles. 

« La Santé publique s’occupe des cas directement et ils ne nous demandent pas d’intervenir dans les logements. Ils ne sont pas tenus de nous mettre au courant parce qu’on n’est pas une RPA », explique M. Côté. Les documents de la Société d’habitation du Québec à l’intention des propriétaires le confirment.

Quant à la possibilité d’aviser les résidents après avoir été mis au courant de la présence du virus par la famille, le gestionnaire indique qu’il n’était en aucun cas tenu de le faire. « Ce qui se passe dans les logements et les avis aux locataires, ça ne vient pas de nous autres, c’est la Santé publique », souligne le directeur général, précisant avoir réagi promptement aux demandes du CIUSSS qui sont venues au début mai.

Trop tard ?

Mais à ce moment, est-ce qu’il était déjà trop tard ? se demande la famille de Steve Lefrançois.

« On ne dit pas qu’ils ne l’ont pas fait [prendre des mesures], mais ça a pris combien de temps ? Ça en a laissé combien s’infecter », questionne Sylvie Lefrançois.

Vu le caractère confidentiel des enquêtes épidémiologiques, la Santé publique refuse de confirmer le nombre de cas recensés au Village de L’Anse. Des échos à l’interne font toutefois état d’une trentaine de personnes malades. La direction confirme deux décès.


La région de Québec comptait hier 60 nouveaux cas de COVID-19, en plus de 2 décès. Sur la Rive-Sud, on enregistre 94 nouvelles infections et 1 décès supplémentaire. La situation demeure stable dans les hôpitaux des deux régions.